samedi 14 octobre 2017

Vacances avec mon grand frère chez oncle Benoît


 Pour ce week-end que je vous souhaite agréable et chaud en sexe entre mecs, je vous ai déniché dans mes archives une histoire de derrière les fagots.


Chaque année en été, nous allons avec mon frère Guillaume chez notre oncle Benoît qui a une cabane au bord d’un lac au Canada. Guillaume a deux ans de plus que moi et nous sommes très complices. Notre oncle a 32 ans et est un très bel homme. Cette année est peut-être la dernière où nous pouvons aller en vacances ensemble chez notre oncle, car l’an prochain Benoît sera à l’université.

Nous nous entendons très bien avec notre oncle qui nous considère plus comme des copains que comme ses neveux. Il ne se prend pas au sérieux comme nos parents et nous laisse faire tout ce qu’on veut quand ce n’est pas lui qui nous entraine dans ses délires. Avec lui, on peut boire et fumer comme on veut. Comme il fume aussi de temps en temps un peu d’herbe, il nous en fait fumer aussi avec lui.
Le jour de notre arrivée chez lui, nous sommes allés pêcher et nous baigner dans le lac. J’étais assez fatigué surtout à cause du décalage horaire et je suis allé me coucher à 10 heures du soir. Mon frère qui avait dormi durant tout le voyage en avion était en pleine forme et n’avait pas du tout envie d’aller se coucher. Il est donc resté au salon avec notre oncle.  Je les ai encore un peu entendus parler et rire puis je me suis endormi comme une souche.

Je me suis réveillé à deux heures du matin et j’ai vu que Guillaume n’était pas encore dans son lit. Comme j’avais soif, je suis sorti du lit et ai enfilé un boxer pour sortir de la chambre. Le spectacle que j’ai vu m’a complètement réveillé. Sur le tapis en face de la cheminée, il y avait deux corps complètement nus, deux hommes à poils, mon frère et mon oncle. J'ai été choqué par ce que je voyais, mais j’ai quand même continué à regarder par curiosité. J'ai vu mon frère Guillaume lécher les couilles d’oncle Benoît qui a gémi doucement et pris la tête de mon frère entre ses mains pour la guider vers sa bite. Guillaume ne s’est pas fait prier pour engloutir dans sa bouche la bite raide de Benoît qui doit faire dans les 22 centimètres. En voyant ça, j’ai senti ma propre bite gonfler et se dresser. Mon frère a aspiré avec fougue et enthousiasme la bite d’oncle Benoît qui lui niquait la face avec rage. J’ai entendu l’oncle grogner très fort et je l’ai vu juter dans la bouche de mon frère. Guillaume l'a embrassé et j'ai pu voir comment mon oncle a léché son propre sperme de la bouche de mon frère. Ensuite, ils ont inversé les rôles et c’est Benoît qui a sucé Guillaume pour le faire juter abondamment après quelques minutes.

Les deux hommes se sont relevés et avant qu’ils ne voient que je les matais, je suis rentré dans ma chambre et me suis glissé dans mon lit en faisant semblant de dormir. Guillaume est entré dans la chambre aussitôt après et s’est couché dans son lit. En quelques minutes, il était profondément endormi. Mais moi, je ne pouvais plus dormir car j’avais une trique d’enfer. Je me suis relevé et je suis allé jusqu’au lit de mon frère. J’ai tiré la couverture pour voir sa bite qui s’était ramollie mais qui était encore brillante de sperme et de salive. Je me suis branlé en la regardant et j’ai éjaculé sur son ventre. Après ça, je suis retourné dans mon lit sans nettoyer son ventre en pensant qu’il avait toute la nuit pour sécher. 

Le lendemain matin, je regardais mon frère et mon oncle avec un regard tout neuf. Je revoyais sans cesse les images de la nuit et je n’arrivais pas à débander. Heureusement, je portais un pantalon très ample et un t-shirt trop grand pour moi ce qui fait qu’on ne pouvait pas voir que j’avais la trique.
Pendant le petit-déjeuner, oncle Benoît nous a proposé de faire une randonnée de trois jours.  Je dois dire que j’ai toujours beaucoup aimé ce genre de randonnées avec mon oncle et mon frère. On s’équipe de bonnes bottines de marche, on prend quelques affaires dans un sac à dos et on marche à travers bois comme des explorateurs qui partent à la découverte de contrées inconnues. Nous avons donc fait très vite nos bagages et puis nous sommes partis pour marcher à travers la forêt jusqu’environ 4 heures de l’après-midi. Là, nous avons trouvé un bel endroit près d’un petit lac pour installer notre campement puis aller nager pour nous rafraîchir après plusieurs heures de marche. Après avoir nagé pendant un bon quart d’heure, oncle Benoît est sorti de l’eau puis a enlevé son short de bain pour s’allonger tout nu au soleil sur une longue dalle de pierre à proximité du camp. Je l'ai regardé et ai admiré son corps bronzé et musclé, et j'en ai aussi profité pour regardé sa bite entourée de poils bruns foncés. Guillaume est sorti de l’eau juste après Benoît, il a aussi enlevé son short et s’est couché à côté de l’oncle. J’ai aussi maté sa bite et son pubis blond en repensant à la scène de la nuit. Oncle Benoît m’a appelé alors que j’étais encore dans l’eau :
 - Rayan ! Tu viens avec nous ? Ce n’est pas en ville que tu pourrais bronzer comme ici. 
Je suis alors sorti de l’eau, j’ai enlevé mon short et je me suis couché de l’autre côté de mon oncle. Je sentais qu’ils me regardaient mais j’ai réussi à garder ma bite sous contrôle.
- Ton frère est presque un homme, Guillaume.
- Je l'ai remarqué aussi.
Fier de ces observations, j’ai fermé les yeux et profité du bain de soleil.


Plus tard le soir, après le dîner, nous nous asseyons autour du feu et Benoît roule un joint. Il me demande :
- Alors, dis-moi Ryhan, comment vont les amours ?
- Bof ! J’ai rompu avec ma copine il y a trois semaines.
- Ah ? Désolé !
- Il n’y a pas de quoi. Je n’y pense même pas.
Il passe le joint à Guillaume.
- Et pourquoi avez-vous rompu ?
- Je n’en avais plus envie. Elle ne me plaisait pas vraiment.
Guillaume me passe le joint et je tire une grosse bouffée.
- Après un certain temps, les filles ça devient ennuyeux, c’est comme ça dans tous les couples, dit Guillaume.
- Tu as eu des rapports sexuels avec elle ? demande mon oncle. 
Je lui réponds en rougissant :
- Non, je suis toujours puceau.
- Tu as tout ton temps. J'ai eu des relations sexuelles pour la première fois quand j'avais 18 ans, c’est tôt assez.
La conversation tourne alors autour du sexe, des fantasmes, de la masturbation et de toutes ces choses dont on peut parler avec des potes quand on boit et fume un coup, si bien que je finis par avoir une érection monstrueuse. A la vue de la bosse dans leur pantalon, c’est la même chose pour mon frère et mon oncle. Et en effet, Guillaume déclare :
- Oh les mecs, j’ai la trique.
Benoît rigole en disant :
- Ne te gêne pas pour te branler si tu veux. Et toi, Rayan, tu n’en as pas envie ?
Je réponds en mentant :
- Non pas vraiment.
Benoît me dit :
- Fais comme tu veux. Moi, je vais faire comme ton frère.
Guillaume et oncle Benoît déboutonnent leur jeans, sortent leur bite du boxer et commencent à se branler. Je regarde leur bite, les 22 cm de mon oncle et les 19 cm de mon frère. Avec mes 15 cm, je ne fais pas le poids et j’en ai trop honte pour faire comme eux. Oncle Benoît s’arrête et me regarde en tenant sa queue raide :
- Tu n’as pas envie de faire comme nous ? Pourquoi ?
- Je ne sais pas, c’est que vous avez de si grosses bites et que la mienne est si petite.
- Tu as peur qu’on se moque de toi ?
- Non, c’est juste que …
- T’inquiète pas frangin. On a peut-être une plus grosse queue que toi mais tu es plus jeune que nous et la tienne n’a pas terminé sa croissance. On s’en fout de ça, ce n’est pas la taille qui compte.
Oncle Benoît se lève, me prend par les pieds et tire sur mon pantalon d’un coup sec pour l’enlever. Guillaume m’enlève le t-shirt en disant :
- On t’a vu nu sur la plage tout à l’heure, il n’y a pas de raison que ce soit différent maintenant.
Après avoir enlevé mon pantalon, Benoît met sa main sur ma bite à travers le tissu de mon boxer. Je suis surpris mais pas choqué. Il me dit :
- Humm, j’ai l’impression que tu as quand même une belle queue, Rayan. 
Guillaume me palpe les couilles et ajoute :
- Et des bonnes boules bien pleines.
Puisqu’ils insistent si gentiment, j’enlève mon boxer pour leur montrer mon sexe. Mon oncle me dit :
- Tu vois, il n’y a pas de quoi avoir honte. Je vois là 15 centimètres bien mignons. 
Mon frère me couche par terre pour me lécher les bourses. Mon oncle enlève tous ses vêtements, met ses genoux de part et d’autre de ma poitrine, s’assied sur ma poitrine mais sans appuyer de tout son poids pour ne pas me faire mal. Je peux ainsi voir ses grosses couilles velues et sa belle bite qui pointe en l’air. Je lève la tête et ouvre la bouche pour goûter ma première bite. Son gland chaud touche ma langue et je le sens bouger d’excitation. Je savoure le goût salé de sa mouille. Pendant ce temps, Guillaume me lèche en parcourant avec sa langue le chemin entre l’extrémité de ma bite et mon trou de cul. C’est délicieux. Mon frère est un lécheur d’enfer. Benoît enfonce lentement sa bite au plus profond de ma bouche. Ma langue lèche sa hampe dure et tourne autour de son gland savoureux. Je le regarde et je vois le plaisir se dessiner sur son visage. Je lève les mains pour caresser sa poitrine velue et jouer avec ses tétons. Mon frère me suce en gorge profonde, je sens mes couilles se contracter, j’éjacule sans crier gare dans sa bouche. Je lèche, suce et branle la bite de mon oncle avec plus d’ardeur.

Ma bite se ramollit mais Guillaume continue à me sucer comme un vrai drogué de la bite. Je prends les couilles d’oncle Benoît dans une main et les titille tout en le suçant pour l’amener à l’orgasme. Je sens ses couilles se contracter dans mes mains, il crache tout son sperme dans ma bouche. Il m’embrasse et récupère son jus pour l’avaler.

Nous nous reposons tous les deux quelques instants puis nous pensons à Guillaume qui n’a pas encore joui. Benoît s’assied alors sur lui comme il l’a fait avec moi mais dans l’autre sens, avec les fesses devant le visage de Guillaume. Il le branle lentement pendant que mon frère lui lèche la raie. Comme je ne sais pas ce que je peux faire, je me contente de les regarder.
- Rayan, je pense que ton frère aimerait que tu lui lèches le cul.
Heureux de pouvoir rendre service mais sans trop savoir comment faire, je me couche entre les jambes de mon frère qu’il écarte et relève pour me laisser la place. Je prends ses deux fesses et les écarte comme je l’ai vu faire avec oncle Benoît.
- Oui, c’est bien. Maintenant, lèche ton frère.  
Obéissant à mon oncle, je commence à lécher la raie de mon frère qui relève aussitôt son cul pour que ma langue puisse accéder plus facilement à son anus et quand il détend ses muscles, ma langue est attirée dans son trou de cul. Je l’entends gémir mais je ne sais pas si c’est ma langue dans son anus ou les mains de Benoit sur sa bite, ou les deux, qui en sont la cause. Pour le savoir, je m’active en faisant de petits cercles avec ma langue sur son petit trou chaud et humide, et je l’entends gémir encore plus. Je prends beaucoup de plaisir en alternant les mouvements lents et rapides autour de son anus puis en glissant la langue vers ses couilles pour lécher les boules. Je les prends en bouche tout en glissant un doigt dans son cul. Ses gémissements se transforment en râle. Je lève les yeux pour voir si je dois continuer et c’est alors que je le vois gicler partout sur oncle Benoît. Celui-ci en récupère une partie sur son doigt pour le porter à sa bouche et le goûter.
- Humm, le bon jus d’homme ! Tu veux goûter, Ryan ? Le sperme de ton frère est délicieux.
Il en reprend sur un doigt et me le tend pour que je le suce et que je savoure le jus salé de mon frère.
Nous nous couchons par terre l’un à côté de l’autre et nous détendons en regardant les étoiles. Benoît se relève pour aller chercher trois canettes de bière puis vient se recoucher entre Guillaume et moi.
Quelle soirée ! Une première pour moi. Je suis heureux !!!


Guillaume rompt le silence :
- Que diriez-vous d’un train ? demande Guillaume.
Je demande un peu perplexe :
- Quoi ? Qu’est-ce que tu parles de train ici ? Tu dérailles
Benoit répond :
- Je suis partant, mon neveu, mais je pense que ce serait bien d’expliquer à Rayan de quoi il s’agit.
- Il suffit de lui montrer. 
Ils se lèvent tous les deux. Benoît va chercher quelque chose dans son sac. Je reste couché en les regardant désireux d’apprendre ce qu’est un train.
Oncle Benoît me donne un préservatif et en a un pour lui aussi. Il demande à Guillaume :
- Ça ne te dérange pas de commencer à l’avant ?
- Non si on change de place de temps en temps.
Mon frère se met à quatre pattes sur les mains et les genoux. Benoît lui lubrifie le cul avec du gel. Il met ensuite du gel sur sa bite et se branle un peu avec. Quand il est suffisamment bandé, il se met le préservatif et pousse lentement sa verge dans le cul de mon frère. Guillaume gémit puis pousse des soupirs de plaisir. Il ne faut pas m’en montrer plus pour que je comprenne ce qu’est un train. Oncle Benoît me demande :
- Tu as compris ce qu’est un train ? Maintenant, c’est à toi de t’emboîter.  
Je prends donc la bouteille de gel, je lubrifie le cul de mon oncle comme je l’ai vu faire avec celui de mon frère, je mets le préservatif sur ma bite qui bande déjà et prends une profonde inspiration. Je place mon gland sur l’anus de Benoît et, en un petit mouvement rapide, j’entre dans son cul comme dans du beurre. Il resserre ses fesses sur moi et commence à niquer mon frère. J’attrape ses hanches et me colle à lui pour me laisser entraîner dans le mouvement et rejoindre son rythme. C’est vraiment bon et excitant. Benoît serre son anus sur ma bite et me branle avec son cul. Je colle mon pubis sur ses fesses légèrement velues. Nous gémissons tous les trois bruyamment. Je vais jouir quand tout à coup Benoît arrête ses vas-et-viens et retire sa bite du cul de Guillaume. Celui-ci se déplace pour venir derrière moi et me lubrifier abondamment le cul. Benoît dégage mon zob de son cul et se retourne pour me rassurer car c’est la première fois que je vais recevoir une bite dans mon cul. Il me dit :
- Ne t’inquiète pas. Ça va un peu faire mal au début mais ensuite tu vas découvrir le plus grand des plaisirs, comme tu n’en as jamais eu. Tu peux me faire confiance. Ton frère va faire très attention à ne pas te blesser.
- Je suis prêt Ryan. Et toi ?
Je réponds en cranant nerveusement.
- Je suis prêt, enfile-moi !
Je sens le gland de Guillaume sur mon anus. Il le pousse lentement et me pénètre. J’ai l’impression que mon cul explose et je crie de douleur. Malgré mes cris,  Guillaume ne retire pas sa bite de mon cul. Au contraire, il la pousse un peu plus profondément. Aussitôt, je me détends et la douleur laisse place à un sentiment merveilleux. Oncle Benoît se penche pour me sucer la queue et je grommelle :
- Vas-y, Guillaume, pousse ta grosse bite dure et chaude dans mon cul. Baise-moi !
Ça excite mon frère qui se met à me limer en rythme. Sa bite chaude me remplit le fion et j’adore la sensation que ça me procure. Il me pilonne d’avant en arrière et je serre les fesses comme oncle Benoît l’avait fait avec moi, et il semble bien que Guillaume aime beaucoup ça car il halète fortement. Je remarque soudain que Benoît n’est plus penché sur ma bite et qu’il ne me suce plus. Je regarde par-dessus mon épaule. Je vois qu’il est passé derrière mon frère et qu’il le baise. Je sens alors que je ne vais plus tarder à jouir. J’éjacule mon sperme chaud dans un orgasme énorme. Les grosses secousses de ma bite font voler mon foutre dans tous les sens. Quelques secondes plus tard, Guillaume et Benoît éjaculent à leur tour en poussant de grands cris de jouissance. Après cela, nous allons nous coucher, oncle Benoît seul dans une tente, Guillaume et moi dans l’autre.


Mon frère s’endort immédiatement. Pour ma part, il y a tant de choses nouvelles qui me sont arrivées aujourd’hui et j’ai trop d’images qui me trottent dans la tête que je ne peux pas trouver le sommeil. Je sors de mon sac de couchage et glisse hors de la tente sans faire de bruit. Je me dirige vers la tente de Benoît. Je l’ouvre prudemment et regarde mon oncle qui dort aussi. J’entre dans la tente et la referme derrière moi. Je me glisse dans son sac de couchage ouvert et constate qu’il dort nu. J’enlève mon slip, me mets en position de 69 et commence à sucer sa bite molle. Il ne faut pas longtemps pour qu’il commence à bander. Soudain, je le vois bouger et il se réveille.
- Salut Ryan. N’arrête pas.
Je continue donc à le sucer.
- Et qui avons-nous ici? Mais c’est Monsieur le Zob de Rayan. Mmm, bonsoir Monsieur Zob, vous me semblez bien savoureux ce soir !
Benoît me suce alors vigoureusement. Puis, il s’arrête et me demande :
- Si tu veux encore du sexe, pourquoi tu ne suces pas ton frère ?
- Parce que j’ai déjà eu sa bite dans mon cul. 
Oncle Benoît se met à rire et me demande :
- Tu voudrais que je t’encule aussi maintenant ?
- Oui.
Il me fait coucher sur le dos, me lubrifie le cul et met un préservatif. Il me prend par les chevilles et dépose mes mollets sur ses épaules. Puis, d’une pression rapide il fait entrer sa bite dans mon cul. Je lui dis :
- Oh mon oncle, tu as une bite si grande et si épaisse. J’aimerais en avoir une comme la tienne.
- Ne te fais pas de souci pour ça, chéri. Tu ne devras plus attendre longtemps pour en avoir une aussi grande et aussi épaisse que la mienne.
Il me baise et j’aime. Ce que j’aime surtout dans cette position, c’est que je peux le voir, et j’aime la façon dont son visage exprime son plaisir. Il me baise de plus en plus fort. Nous transpirons à grosses gouttes et nous gémissons. Je sens sa grosse bite qui explose dans mon cul et j’éjacule sur mon ventre dans un orgasme comme je n’en ai jamais eu avant. Il me lèche le ventre puis m’embrasse en passant sa langue chargée de mon sperme dans ma bouche. Je m’endors finalement dans ses bras.


Vous aussi, vous pouvez participer à l'animation du blog en envoyant vos récits, qu'ils soient imaginaires ou basés sur des expériences vécues, l'essentiel étant qu'ils soient en rapport avec les thématiques de ce blog : fantasmes gays incestueux, relations sexuelles entre jeunes mecs et hommes plus âgés, ou tout simplement le plaisir du sexe entre mecs. N'hésitez donc pas à nous écrire en utilisant le formulaire de contact qui se trouve à droite. Merci de précisez dans votre message qu'il s'agit d'un récit à publier.










Bon week-end à tous !

26 commentaires:

  1. Très belle histoire. Philippe et moi avons bien craché en nous branlant.
    J'ai déjà lu cette histoire sur le site "gai eros" il y a quelques années. Je ne suis pas allé sur ce site depuis longtemps.

    Demain matin, nous emmenons mon frère faire son tatouage, papa a cédé. Maxime a choisi un petit tribal. Assez simple mais classique !

    Et demain après midi, plage mais sans mon frère. On ne peut pas allé à la plage après avoir fait un tatoo. Il faut choisir. Maxime râle, mais çà lui passera.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une histoire que j'avais enregistrée au début de la décennie mais je ne me souviens plus du site sur lequel je l'avais trouvée.
      J'espère que la séance de tatouage de Maxime s'est bien passée et que votre après-midi à la plage a été très agréable.
      Bonne semaine à vous deux.

      Supprimer
    2. Maxime a été insupportable. Il n'arrêtait pas de se plaindre qu'il avait mal. J'ai crû que le tatoueur allait péter un câble. Je l'ai engueulé mais c'est quand Philippe a haussé la voix que Maxime s'est calmé. Mais il a eu droit a une engueulade supplémentaire de nous deux dès que nous sommes sortis du salon de tatouage et pendant tout le trajet de retour. Nous l'avons menacé que le prix du tatouage soit remboursé sur son argent de poche.
      Heureusement que le tatoo n'est pas de trop grande taille et qu'il n'ait pas fallu plusieurs heures pour le faire sinon il se serait plaint tout du long. Philippe l'a traité de "femmelette", tu penses bien qu'il n'a pas apprécié. Je pense qu'il va faire la gueule quelque temps.

      Nos deux après midi de plage du weekend (en fait aujourd'hui c'était la journée entière) se sont très bien passés.

      Supprimer
    3. Ah, pauvre Maxime. Il aurait dû écouter son papa qui lui disait de ne pas faire ça :o)

      Supprimer
    4. Papa n'est pas contre les tatouages. Mais il préférait que Maxime attende d'avoir 18 ans pour faire son premier tatoo.
      Je pense qu'il attendra pour faire son prochain. Parce que je sais qu'il en fera d'autres. Tout en se plaignant.

      C'est vrai que çà fait mal, certains emplacement sont plus douloureux que d'autres. Moi aussi j'ai souffert quand j'ai fait faire mon dernier tatoo, celui qui est identique à celui de Philippe représentant deux mecs allongés au pieu.
      Mais je ne me suis pas plaint toute la durée bien que j'ai dû le faire en deux fois.

      Supprimer
    5. En même temps, il sera peut-être moins douillet dans quelques années ou il aura plus de fierté pour ne pas geindre comme une femmelette devant les autres.

      Supprimer
  2. Plus je viens sur votre blog, plus j'ai envie de connaitre tout ces plaisirs entre mecs que vous décrivez de jour en jours dans vos articles et dans les commentaires de vos lecteurs.
    Je n'ai encore jamais baisé avec un homme. Pour le moment, je découvre tout cela sur internet sur votre blog et d'autres du même type. Je regarde aussi beaucoup de porno homosexuel et des films gays non porno.
    J'ai de plus en plus envie de me retrouver dans les mêmes situations que je vois dans les pornos. Je veux être aussi bien actif que passif. Je me sens surtout attiré par les hommes très masculins si possible musclés.
    Pour le moment pour moi tout cela n'est qu'un rêve. Je suis marié, j'ai des enfants, je n'ose rien. J'approche de la quarantaine. Je m'ennuie dans mon mariage. Je crois que je n'aime plus ma femme. J'ai l'impression de ne pas pouvoir être heureux tant que je n'aurais pas réalisé mes envies. J'attends toujours d'avoir un moment tranquille à moi pour visiter les sites internet qui donnent ces envies.

    Que me conseillez-vous ?

    Merci pour ceux qui me répondront

    Thierry

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Thierry, et bienvenue sur ce blog.
      Les conseilleurs ne sont pas les payeurs, dit-on toujours et je pense que c'est vrai. Dans ta situation de père de famille responsable avec je suppose des enfants qui ne sont pas encore adulte, on ne peut pas te conseiller d'envoyer tout cela promener sans nous soucier des conséquences. Mais, d'un autre côté, on ne peut pas non plus te conseiller de refouler tes désirs d'expériences sexuelles nouvelles avec des hommes. Etant 100% gay, je n'ai aucune expérience en la matière et je préfère laisser la paroles aux amis qui ont connu une situation semblable à la tienne (mariés, pères de famille, (re)découverte de leur tendance homosexuelle. Ils pourront certainement te faire profiter de leur expérience beaucoup mieux que moi qui n'en ai aucune.
      A bientôt

      Supprimer
    2. Bonjour
      Pas habitué à mettre des messages mais je crois que, dans ce cas là, je dois le faire.

      Cela s'adresse à Thierry :

      Après les quelques fois très épisodiques, pendant mon adolescence, qui ne m'ont pas détourné des filles, j'ai développé mon homosexualité définitive alors que j'étais marié depuis plusieurs années.
      Comme ce tu commence à sentir au fond de toi. Comme toi, j'avais des enfants et je m'ennuyais dans mon mariage. Ma femme était devenu au fil du temps une personne qui me laissait de plus en plus indifférent. Elle prenait moins grand soin d'elle qu'avant, elle était de plus en plus effacée derrière les enfants. Elle n'était pas chiante mais je crois qu'elle n'était plus heureuse. Je ne l'étais plus moi aussi.

      En faisant du vélo j'ai croisé un mec, plus jeune que moi qui m'a croisé le regard avec insistance. Je me suis retourné, lui aussi et je me suis arrêté plus loin. Il a fait demi tour, on a parlé et on est parti dans les fourrés. C'était la première fois que je faisais un truc sexuel avec un mec depuis mon adolescence.
      Ce mec, je l'ai jamais revu mais j'ai eu à partir de là l'envie des hommes. J'ai mis du temps à l'accepter.
      Je pensais à ma femme, aux enfants, à tous ce que cela pouvait entrainé. Et puis un jour, je me suis dis qu'il fallait que je pense à moi et pas aux autres. Depuis, je vais sur des endroits de drague gay et j'ai fait chambre à part de ma femme. Je n'ai pas divorcé. Je cachais mes relations, c'est tout.
      Six ans après, ma femme a été emporté par un cancer en cinq mois. Elle n'avait pas le moral pour se battre contre et c'est pourquoi, je penses, qu'elle est parti si vite.

      Je dois reconnaitre que cela ne m'a pas fait grand chose, il y avait longtemps que je n'avais plus rien pour elle. Je ne la détestait pas pour autant. C'était surtout les enfants qui en ont souffertes.

      Après les enfants ont grandis et sont tout devenus majeurs et sont partis vivre de leur côté.
      J'ai également déménagé et je peux vivre en tant qu'homo comme je veux. Mes enfants ne savent pas tout ça.

      Ce que je veux dire, c'est que tu ne dois pas resté dans l'attente et simplement vivre ton homosexualité par le biais des films pornos. Tu peux rencontrer des gens et vivre cela sans en parlé à ta femme et à ton entourage. Beaucoup de mecs sont comme ça. Dans la discrétion.

      Peut être qu'un jour, tu te sentira assez fort pour quitter ta femme, si tu le souhaites, car peut être que tu n'en a pas envie. Tu peux très bien aussi avoir des relations homo caché et trouver un équilibre dans ses relations caché sans avoir besoin de quitter ta femme.
      C'est toi qui doit voir ce qui est mieux pour toi. Mais surtout tu dois penser à toi d'abord. Ne te laisses pas enfermé par le fait que tu sois marié et que tu as des enfants.

      Je ne sais pas si cela peut t'aider. J'espère que oui.


      Supprimer
    3. Bonjour, Mec de Bourges, et merci pour ce témoignage personnel à l'attention de Thierry.

      Supprimer
    4. Ancien gendarme, j'ai vécu une histoire similaire à celles de Thierry et du mec de Bourges.
      Marié dans un couple avec enfants, je vivais en caserne de gendarmerie avec ma famille.
      Cela ne m'a pas facilité la tâche quand j'ai découvert mon homosexualité avec mon jeune amant de seize ans de moins que moi. Il avait 20 ans à notre rencontre et c'est cette rencontre qui m'a amené à l'homosexualité qui était latente chez moi depuis un certain temps. Ce jeune amant n'a été que le premier.

      Quatre ans de relation avec lui tout de même. Malheureusement, notre relation s'est cassée au moment où je quittais la gendarmerie pour une autre carrière professionnelle.
      Entre temps, j'avais quitté ma femme un an plus tôt après avoir longtemps hésité à le faire. J'ai pris mon courage à deux mains.
      Avec ma séparation d'avec ma femme et le fait de ne plus vivre en caserne après avoir abandonné la gendarmerie, lui et moi aurions pu avoir un nouveau départ dans notre relation. Mais cela a capoté.

      J'ai eu d'autres relations par la suite, toutes homosexuelles. Plus jamais de femmes.

      Je dirais à Thierry qu'il ne doit pas avoir peur de se lancer. Il faut oser, c'est le prix à payer pour être en accord avec soi-même.

      Après cela, je pense que les conseils du mec de Bourges ne sont pas si mal.

      Supprimer
    5. Bonjour, Bart, et merci pour ton témoignage et ta réponse à la question de Thierry.
      Je suis pleinement d'accord avec toi quand tu dis qu'il faut oser pour être en accord avec soi-même. Etre en accord avec soi-même est sans doute la chose la plus importante, non seulement pour soi-même mais aussi pour les autres avec lesquels on doit vivre, y compris et surtout les enfants auxquels on peut toujours expliquer (avec les mots adaptés à leur âge) quelles sont les réalités de la vie. Je pense que de toute façon, les enfants préféreront toujours avoir un père heureux et bien dans sa peau qu'un père aigri qui tire toujours la tête sans qu'ils puissent comprendre pourquoi.

      Supprimer
  3. je vois ici tous le mondo heureux dans cettes images!
    bonne fin de semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Etre heureux, n'est-ce pas ce que nous recherchons tous ?
      Bonne semaine à toi !

      Supprimer
  4. C'est toujours un plaisir de lire ces histoires, avec ou sans branlette :)
    Bon week end..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, on n'est pas obligé de se branler chaque fois qu'on lit une histoire comme celle-ci. Au contraire, si elle donne envie de baiser bien vite avec son partenaire, c'est tout aussi bien et même mieux ;o)
      Bonne semaine !

      Supprimer
  5. Histoire bandante et je me ferais bien les trois mecs des illustrations.

    Réponse à Thierry :

    Tu as déjà fait une partie du parcours en t'intéressant aux sites gay d'internet et en regardant du porno. En écrivant ton commentaire et en demandant conseil, c'est une démarche qui montre bien que tu as envie d'aller plus loin.
    Mais on est pas à ta place. Sort de chez toi, renseignes toi, au besoin sur le net, pour savoir où il y a des lieux de drague près de chez toi où tu peux rencontrer des mecs. Regarde aussi pour las saunas ou des bars gay.

    Nous avons tous commencé comme ça, à toi de te prendre en main.
    Bonne chance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ta réponse à Thierry, Vianney.
      Je peux confirmer qu'on croise souvent des hommes mariés dans les saunas gays. Ils y passe une heure ou deux en sortant du travail (sans doute font-ils croire à leur femme qu'ils font des heures sup). Je ne fréquente plus les lieux de dragues extérieurs mais je suis sûr qu'on y retrouve aussi beaucoup d'hommes mariés à l'heure de sortie des bureaux.

      Supprimer
  6. Bonjour les Garçons

    Très intéressant comme histoire

    Le Tonton c'est vraiment un chaud de la bite

    Merci pour le choix de photos

    Bon weekend profitez en bien

    Amicales pensées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Patrice.
      S'il fallait tourner une vidéo à partir de ce scénario, je t'imaginerais bien dans le rôle du Tonton. Comme je te connais, je suis sûr que tu pourrais faire cela avec un grand professionnalisme sans devoir te forcer ;o)
      Bonne semaine et bisous amicaux.

      Supprimer
  7. Hello vous tous,
    Merci pour cette histoire et pour les photos superbes. Je suis comme Vianney, le trio est superbement bandant.
    Pour Thierry, ce témoignage : Je suis comme toi, marié depuis 36ans avec une enfant de 33ans handicapée plus psy que physique. Depuis env. 10-12ans, je me suis découvert aimant les mecs.
    Mais que devais-je faire, envoyer tout balader et vivre avec. De plus notre fille ne comprendrait pas que son papa ne soit plus là. J'ai donc trouvé un sauna à Lausanne où j'ai pu assouvir mon homosexualité. Je m'y suis fait des amis et j'y ai trouvé un petit ami, quinqua, j'en ai 68, avec lequel je suis bien. Lui aussi il est en couple avec une compagne. Le sauna est notre havre de paix pour nous aimer. Voilà ce que je pouvais te dire, l'essentiel est de
    vivre en ne faisant pas de mal à ceux qui nous sont proches et qui nous aiment. Prend bien soin de toi et reçois mon amitié.
    A toi et autres lecteurs de ce blog, nonne semaine avec plein de bisous depuis les bords du Léman, Philippe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Philippe, et merci pour ce témoignage à l'attention de notre ami Thierry.
      Je te souhaite une bonne journée sur les bords du Léman où j'espère que le temps est tout aussi estival que sur notre belle Ardenne.

      Supprimer
    2. Je remercie tout ceux qui ont répondu à mon appel demandant des conseils.
      Cela m'a bien aidé.
      Je me suis renseigné sur les saunas et lieux de rencontres dans les environs de chez moi.
      Je compte y faire des visites à l'avenir. Suivant ce que j'y trouverais (confirmation de mes attirances) et suivant l'évolution, je prendrai la décision qui me semble la meilleure concernant mon mariage.
      Merci à vous

      Thierry

      Supprimer
    3. Salut, Thierry.
      C'est tout naturel de se soutenir mutuellement en faisant part de ses expériences personnels ou en donnant son point de vue, et c'est tant mieux si cela peut aider l'un ou l'autre.
      N'hésite pas à nous tenir au courant de l'évolution.
      A bientôt.

      Supprimer
  8. hummm encore un récit bien bandant je kiffe; merci. Sam.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si tu as un peu de temps devant toi, va lire celle que j'ai mise en lien sur le billet de ce lundi. Je pense qu'elle te fera plus que bander, mon cher Sam.

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.