mardi 2 mai 2017

Quel avenir pour les vieux gays ?


 Si l'homosexualité existe depuis la nuit des temps et si quelques rares privilégiés ne s'en sont jamais cachés, les mouvements d'émancipation et de lutte contre les discriminations ont moins de 50 ans. La date charnière souvent citée est celle de 1969 avec les célèbres émeutes de Stonewall. Chez nous, c'est en 1971 que le FHAR (Front Homosexuel d'Action Révolutionnaire) fait sa première apparition en interrompant une tribune de radio animée sur RTL par Ménie Grégoire sur "l’homosexualité, ce douloureux problème". C'était la grande époque de la libération sexuelle des années '60 et les homosexuels voulaient profiter de cette libération, surtout les jeunes qui avaient participé peu avant à la révolution estudiantine de 1968. C'est donc à cette époque que les jeunes homos ont commencé à sortir du placard et à s'organiser. Des associations de toutes sortes se sont progressivement constituées. On en trouve aujourd'hui sur tous les thèmes dans lesquelles chacun peut trouver son bonheur en fonction de ses affinités, militantes, culturelles, sportives, religieuses, ...
Les premiers à faire leur coming-out dans les années '70 étant des jeunes, les problèmes des vieux gays étaient le dernier de leurs soucis. Ils avaient mieux à faire : militer pour que l'homosexualité ne soit plus un délit ni considérée comme une maladie, lutter contre les discriminations et exiger des droits égaux, ...
Tout cela est aujourd'hui acquis mais ceux qui avait 20 ans en '70 auront 70 ans en '20. Si jusqu'à présent il y avait peu de vieux gays assumés, il y en a maintenant beaucoup. Eh oui, c'est le papy boom ! Les problèmes liés à leur âge respectable et les questions qu'ils se posent sur leur fin de vie sont désormais à l'ordre du jour.


Chaque université à son cercle homosexuel estudiantin, chaque religion a aussi son association, de même que vous pouvez en trouver pour pratiquer le sport que vous voulez, pour chanter ou faire du théâtre, etc. Par contre, pour les retraités, il n'y a quasi rien : Les Gays Retraités à Paris et DiverSeniors à Toulouse. Il ne reste donc à nos Papys qu'à aller jouer aux cartes avec les vieilles mémères du village.


 Depuis peu, il y a aussi Grey Pride qui se fixe des objectifs militants afin d'améliorer les conditions de vie des Seniors, d'analyser les problèmes qui se posent à eux et d'y trouver des solutions. De plus, cette association anime une ligne d'écoute pour Seniors LGBT. Une permanence est assurée tous les mardis et jeudis de 16 à 18 heures :


Il n'est bien sûr pas question de créer un nouveau ghetto ou une réserve de dinosaures gays. Tant que nous sommes en pleine possession de nos facultés physiques et intellectuelles, il n'y a aucune raison de nous retirer du monde ni de déserter les activités qui nous maintiennent en vie et en bonne santé. Mais il n'est pas interdit non plus d'assurer nos arrières pour le jour où nous perdrons notre autonomie.


Vous me direz qu'aborder la question du vieillissement n'a rien de réjouissant mais, pour peu qu'on ait la chance de vivre suffisamment longtemps, c'est une réalité qu'il nous faudra bien affronter un jour ou l'autre, le plus tard possible évidemment.


Voici donc mes questions :

  • Vous arrive-t-il de penser à vos vieux jours ou à ceux de votre partenaire plus âgé que vous et si oui, comment souhaiteriez-vous les aborder ?
  • Pensez-vous d'une association comme Grey Pride qui se penche sur les problèmes des gays seniors ?
  • Pensez-vous qu'il faudrait ouvrir des séniories pour gays (avec si possible des aides soignants gays aimant les "petits vieux" - il y en a, j'en connais) ? 
  • Que pensez-vous de projets intergénérationnels comme ceux dans lesquels une personne âgée héberge gratuitement un étudiant qui en retour vérifie que tous se passe bien et appelle les secours en cas de besoin ? 
  • ... 


Que tout cela ne nous empêche pas de vivre intensément tant que nous le pouvons.


Bonne journée et longue vie à tous !









30 commentaires:

  1. Je ne connais pas son nom mais j'adore l'acteur porno de la première photo que l'on retrouve également sur quelques autres.
    Il est magnifiquement beau et dégage beaucoup de charme. Il a un petit côté espiègle.
    Sur la photo où il se fait lécher le pied, le mec est super beau. Et sur la troisième photo en partant du bas, le mec qui est derrière lui, il me semble que c'est le super beau mec blond dont François N nous avait dit qu'il était le portrait craché de Lionel.

    Pour répondre aux questions posées, j'avoue que c'est un sujet dont je ne me préoccupe pas vraiment.
    A mon avis, si il existe de telles associations, c'est que le besoin est réel.
    L'hébergement d'un étudiant par une personne plus âgée, çà existe déjà chez les hétéros, alors pourquoi pas chez les gays.

    Quand Philippe aura 70 ans, j'en aurais 47. La différence d'âge entre nous sera toujours acceptable. Surtout que Philippe ne sera sûrement pas un vieux décrépi puisqu'il prend bien soin de lui et de son apparence. De plus en plus depuis qu'on vit ensemble.
    Il fait du sport, c'est pourquoi il a un corps de rêve musclé, et il utilise des crèmes de jours et de nuits comme je le fais moi même. Des cosmétiques pour mecs, bien entendu.
    Beaucoup en utilise aujourd'hui. Et il n'y a pas besoin d'être gay pour çà. Les hétéros le font aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'acteur de la première photo est Allen Silver.
      C'est normal que tu ne te préoccupes pas encore du sujet abordé aujourd'hui car tu es encore jeune pour cela. Tu as bien le temps d'y penser surtout que de nos jours la plupart des hommes de 70 ans sont encore jeunes. C'est souvent après 80 ans que les problèmes de vieillesse arrivent mais bien sûr tous les hommes ne sont pas égaux sur ce point. On voit des centenaires qui sont encore en pleine forme mais aussi malheureusement des quinquagénaires qui commencent de l'alzheimer.

      Supprimer
  2. je ne pense rien, à vrai le dire, car je serais seul, apres la mort des mes parents.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourvu qu'ils meurent le plus tard possible et que tu puisses avoir des amis près de toi quand cela arrivera.

      Supprimer
  3. A vrai dire c'est clair que dans ma prime jeunesse je ne me projetais pas dans le temps, j'ai mes assez longtemps à accepter et m'approprier ma sexualité, mais aujourd'hui à près de 54 ans je dois bien dire que vivant seul depuis le départ de mes parents et de mon compagnon les questions sont là , est il préférable d'aller dans une structure plutôt gay friendly ou pas , en aurais je d'ailleurs les moyens une fois à la retraite , les associations me semblent être plutôt une bonne idée ainsi que de pouvoir avoir l'aide d'un plus jeune pas forcément gay d'ailleurs , bon j'espère avoir encore un peu de temps pour voir ça .De tout cœur merci de parler de cette problématique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas que beaucoup de jeunes se préoccupent de leurs vieux jours et c'est heureux. Surtout qu'ils profitent à fond de leur jeunesse le plus longtemps possible. C'est seulement depuis que je suis confronté à la vieillesse de mes parents que ces questions me préoccupent en me disant que dans une vingtaine d'années ce sera mon tour et en espérant secrètement tirer ma révérence avant de perdre ma totale autonomie. Mais, on n'en est pas encore là et je compte bien profiter de la vie aussi longtemps que possible sachant que le temps passe vite et même de plus en plus vite.

      Supprimer
  4. J'aurai 81 ans la semaine prochaine. Deux expressions m'ont bien fait rire: 'réserve de dinosaures' et 'assurer nos arrières'. Lors d'une rencontre bilingue de trois jours entre gays de toute la Suisse, nous avions organisé des forums et les gars pouvaient circuler de l'un à l'autre, s'arrêtant où cela les intéressait. Le mien s'appelait 'Schwul sein und älter werden', 'Être pédé et vieillir'. Les participants étaient plutôt âgés et discutaient d'un projet de maison de retraite de luxe, exclusivement pour gays. Chiant. Puis des jeunes ont débarqué, juste pour voir. Et j'ai parlé de ma préoccupation: draguer utile avant d'être enfermé dans un mouroir, trouver un compagnon de chambre qui tiendrait la porte pendant que je me branlerais, et vice-versa. Gros rire. dès lors, on a parlé des vrais problèmes, les jeunes sont restés pour dire qu'ils craignaient de vieillir, mais que me voyant, ils se disaient qu'on pouvait rester jeune de mentalité. J'ai précisé qu'il fallait s'y préparer activement, physiquement, moralement, spirituellement. Sport pour les muscles, yoga pour l'immunité et la souplesse, nouveaux apprentissages, activités utiles à la société, méditation et masturbation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton intervention, André. C'est effectivement une question qui vient sur le tapis dans tous les pays où les homos ont conquis le droit à la visibilité. Des jeunes qui s'inquiètent de vieillir ? Cela ne m'étonne qu'à moitié surtout quand j'entends des trentenaires qui se plaignent qu'à 30 ans on est considéré comme vieux dans le milieu gay. J'apprécie ta recette pour vieillir dans la sérénité.
      Une maison de retraite de luxe réservée exclusivement aux gays, c'est sans doute très bien et je pourrais même envisager d'y entrer s'il y a des jeunes gays quelque peu gérontophiles pour assurer les soins et l'animation. Mais quid pour ceux qui n'ont pas les moyens de s'offrir un tel luxe ?

      Supprimer
  5. cet été j'aurai 69 ans, un beau chiffre ! mon ami 53. je ne me sens pas vieux, mon père est décédé il y a juste un an, à 93 ans, il vivait seul dans sa maison et conduisait sa voiture jusqu'à 6 mois avant la fin. que sera la mienne ? chez moi, accompagné, ou seul, en forme, sinon hara-kiri ! les maisons de retraites sont des mouroirs.pas d'association gay dans nos campagne, juste "club du 3ème age", je ne fréquente pas ! si un jeune aide-soignant vient me changer mes couches, ce sera supportable ! tant que le cerveau et la bite sont en bon état, ça va ! après, on verra !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, Badinguet, c'est un très beau chiffre qui annonce une belle année de plaisirs coquins ! Pour vieillir comme ton père, je suis preneur et je te souhaite très sincèrement de suivre son exemple. En ce qui me concerne, garder le cerveau en bon état me suffit car, même si la bite ne l'est plus, je pourrais me contenter de pouvoir me servir de celle des jeunes soignants :o)

      Supprimer
  6. Bjour é tous,
    Quelle riche idée que de mettre sur le tapis l'avenir de "vieux-gays". Merci à Corentin, L-J, André et Badinguet pour leur avis. C'est vrai qu'à partir de la mi-soixantaine, la question de l'avenir de chacun se pose, homo et hétéro. A l'heure actuelle, il n'existe pas ou peu de structure adéquate; puissions nous vivre le plus longtemps chez soi.
    Merci Jean pour les belles photos de séniors se faisant plaisir.
    Bon baisers depuis les bords du Léman.
    Philippe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Philippe.
      Je suis bien d'accord avec toi pour dire que l'idéal est de vivre le plus longtemps possible chez soi car il n'y a aucune structure adéquate pleinement satisfaisante, pas même pour les hétéros pour qui les maisons de retraite ne sont que des pis-aller.
      Bisous amicaux depuis les forêts ardennaises.

      Supprimer
  7. Des maisons de retraites exclusivement pour vieux gays ! Non merci !
    Pas pour moi. Plutôt crever que d'être entouré de vieilles pédales égrises et impotentes.
    Je préfèrerais encore me retrouver dans une maison de retraite classique mais le plus tard possible.
    Comme mon mari est plus jeune que moi, j'espère bien qu'il me gardera auprès de lui. Sinon, j'irai squatter chez mon fils et mon gendre. Cela ne devrait pas les empêcher de baiser à qui mieux mieux avec qui ils veulent pendant que je suis sous somnifère et autres médicaments pour vieux dans ma chambre.
    Je vais leur en parler dès ce soir, ça leur fera plaisir. Ils viennent dîner, ainsi que ma fille et mon autre gendre avec les enfants.
    Nous serons ainsi en famille avec mon mari Lionel, sa fille sans oublier la maman. Elles ne devraient d'ailleurs pas tarder à arriver car elles sortent de la clinique aujourd'hui et Lionel est allé les chercher.
    Je suis d'ailleurs étonné qu'ils ne soient pas déjà là. Sans doute un problème avec le siège bébé que Lionel ne savait pas comment l'installer dans son 4x4 (j'en ris encore). J'ai dû l'aider car au final, j'ai plus d’expérience que lui dans ce domaine.
    Vous auriez vu comment il s'énervait dessus, qu'est-ce qu'il a pu me faire rire ! Ce qui l'énervait encore plus.

    Corentin
    Je crois que tu as raison, c'est bien le mec dont je vous avais dit qu'il ressemblait à Lionel qui se trouve dans le dos du barbu.

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai oublié

      Lionel remercie tous ceux qui ont envoyé leurs félicitations par l'intermédiaire du blog.
      Il vous envoie des bises.

      Et quel con ! j'ai signé Corentin sur mon post précédent. Tu vois Corentin, je pensais trop fort à toi. Ou bien, je suis sénile.
      Il faut que je fasse gaffe, sinon je vais finir en asile pour vieux gays.

      Bises

      Supprimer
    2. Attention, François, un asile pour déments séniles, c'est ce qu'il y a de pire pour terminer sa vie ! Alors, imagine si tu dois y entrer dès maintenant et y rester pendant encore 40 ans :o(
      Heureusement, tu as un mari, des enfants, beaux-enfants, petits-enfants qui pourront s'occuper de toi, et se relayer pour que la charge ne pèse pas trop sur leurs épaules. Bien que, maintenant qu'il y a la petite qui va monopoliser toute leur attention, je ne suis pas sûr qu'ils pourront s'occuper de toi. Il vaut donc mieux attendre quelques années et qu'elle soit élevée avant de devenir sénile :o)

      Supprimer
    3. Ah non, alors ! Ne me portes pas malheur ! Je ne veux pas finir comme ça.
      En plus, si on commence déjà à prévoir l'avenir de la petite Anya pour jouer les infirmières de vieux schnoques, on ne lui réserve pas un bel avenir. Honte à nous !

      Hier soir, au diner, j'ai justement sorti le sujet à table. Évidemment, j'ai dû expliquer d'où je sortais cette idée et j'ai parlé du sujet du blog.
      J'ai bien fait rire tout le monde.
      Kamy me disait ce matin qu'elle était impressionnée par notre capacité familiale à aborder des sujets sur l'homosexualité aussi facilement y compris devant ma fille et mon gendre (l'hétéro pas le gendre gay).

      Kamy s'occupe en ce moment même de la petite qui s'est réveillé et réclame le sein de sa mère car celle-ci l'allaite pour l'instant.
      Évidemment, elle n'a pas fait sa nuit compète et son papa s'est levé deux fois même si elle avait surtout besoin de sa maman. Mais Lionel ne veut rien louper, alors en bon papa il se lève aussi quand la petite appelle.
      Et il lui change ses couches !! C'est très beau de le voir faire.

      Il a pris sa semaine pour rester auprès de sa fille mais il est quand même aller au cabinet ce matin pour préparer la réunion de chantier de vendredi matin qu'il n'a pu annuler.
      J'ai un mari bien sérieux.

      Supprimer
    4. Mais non, François, je ne veux pas te porter malheur. Ton erreur n'était pas un signe de sénilité, rassure-toi. Mais, maintenant que Lionel n'a plus d'yeux que pour Anya, tu dois avoir Corentin qui te fait tourner la tête :o)
      Non, je blague comme tu l'as compris. En tout cas, Lionel est un père responsable et je suis sûr qu'il assumera son rôle à la perfection avec tout ton soutien. J'imagine d'ailleurs que tu as fait la même chose quand tu es devenu père. La relation que tu entretiens aujourd'hui avec tes enfants en est la preuve.
      Bisous à vous tous !

      Supprimer
    5. Tu n'es pas un vieux schnoque François. Quant à Lionel, c'est un vrai papa.

      Supprimer
    6. Au fait, François, comment Anya va-t-elle t'appeler ? De la même façon que tes petits-enfants vu qu'elle a le même âge et qu'elle les fréquenteras régulièrement ?

      Supprimer
    7. C'est une bonne question à laquelle je ne sais quoi répondre.

      Je ne suis pas son père, seulement son beau-papa. Papa est donc exclu.
      Mais ça, je l'avais dit dès le départ, bien avant sa naissance.
      Papa, c'est Lionel.

      Maman est aussi exclue pour des raisons évidentes. Elle en a déjà une et moi, j'ai une paire de couilles entre les cuisses. Je ne peux donc pas être une maman.

      Beau-papa, est exclu. C'est nul et c'est réservé à mon gendre Stéphane lorsqu'il a envie de déconner ou de m'amadouer pour me demander un service. Quand il commence ses phrases comme ça, je sais à quoi m'attendre. Sinon, il m'appelle par mon prénom.

      Papi ou Grand-père, sera réservé à mes petits enfants. Je ne suis pas le papi d'Anya.
      Elle en a déjà deux.

      Alors soit, elle m'appellera François ou alors il faudra qu'elle me trouve un surnom.
      Espérons que ce ne sera pas "Ducon" ou "vieux machin".
      Quoi qu'à l'adolescence, elle risque de m'en donner plusieurs assez peu flatteur. Ce qui me console, c'est que si elle fait ça avec moi, elle le fera aussi avec d'autres.

      Évidemment, je plaisante !

      A vrai dire, peu importe comment elle m'appellera. L'important est qu'elle soit bien auprès de nous.
      On verra à l'usage.

      Supprimer
    8. J'espère bien que tu ne veux pas qu'elle t'appelle maman, ce serait de très mauvais goût. de toute façon, ça ne lui viendra jamais à l'esprit car la situation dans laquelle vous vivez lui paraîtra tout à fait normal.
      François, ce sera trop difficile quand elle sera toute petite, ça deviendra peut-être quelque chose comme Fanfan :o)

      Supprimer
  8. Vianney Colette4 mai 2017 à 17:40

    Le tout n'est pas de savoir si on fera de bons "vieux gays" ou si on fera de bons "vieux cons".
    Je ne veux surtout pas me poser la question maintenant.

    Je trouve que moi, je retrouve une nouvelle jeunesse depuis que je suis gay (je peux me considérer pratiquement comme cela finalement).
    Sur les lieux de drague, il y en a qui peuvent me considérer comme un vieux mais je me rassure quand je vois qu'il y a encore et largement plus vieux que moi qui vient draguer.
    Et je n'ai pas encore atteint la cinquantaine donc je peux encore espérer beaucoup.

    Alors, François ? On pouponne ? Ou c'est seulement ton mari qui le fait ?
    Moi aussi, je changeais les couches de mes gosses quand ils étaient petits. C'est ça être papa. Mais tu as connu ça toi aussi bien avant.
    Cela dit, je suis bien content de ne plus avoir à le faire. Mes gamins sont assez grands pour se torcher tout seuls.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, Vianney. A moins de 50 ans, tu es encore jeune avec, si tout va bien, de très nombreuses années de plaisirs devant toi. Finalement, c'est seulement maintenant que tu commences vraiment à vivre comme tu en as envie. Alors, profites-en à fond autant que tu peux.
      P.S. Moi, il y a des gamins que je veux bien torcher même s'ils sont assez grands pour le faire tout seul. Enfin, ça dépend ce qu'on appelle torcher :o)

      Supprimer
    2. C'est bien ce que je dis sur l'autre article. Vianney a raison de profiter.

      Supprimer
  9. Vianney Colette5 mai 2017 à 16:47

    Vous me soulagez !
    J'ai cru un moment que vous m'en vouliez.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non pas du tout ! On ne va quand même pas faire la tête aux hommes qui aiment baiser avec des hommes. Ce serait un comble :o)

      Supprimer
    2. Oui, Vianney, je peux pouponner mais c'est un travail agréable. Je le fais avec mes petits enfants. Je peux aussi le faire avec Anya.
      Si Lionel m'en laisse l'occasion !

      Je n'ai pour l'instant tenu Anya-Choon Hee dans mes bras qu'une seule fois. Ils doivent avoir peur que je la casse.
      Que ce soit Lionel ou Kamy (la maman), ils me la mettent sous le nez pour que je l'embrasse ou lui fasse quelques papouilles (ce qui semble lui plaire) mais on ne me la met pas dans les bras.

      Je n'en suis pas jaloux. Il est normal qu'elle passe plus de temps dans les bras de ses parents que dans les miens.

      Supprimer
    3. Peur que tu la casse ? Non, il savent que tu as plus d'expérience qu'eux. Mais, ils sont tellement heureux et tellement fiers d'être parents qu'ils ne peuvent pas la lâcher. Tu ne perds rien à attendre :o)

      Supprimer
  10. Excellent sujet mon Cher Damien , mon Cher Jean ,

    Pour avoir évolué professionnellement en structure hospitalière mais aussi en maison de retraite et en Ehpad , il ne vaut mieux pas terminer sa vie dans ces lieux !

    J'ai pu observer au fil du temps la maltraitance que subissent les gays retraités !

    A plusieurs reprises j'ai " tiré " la sonnette " d'alarme sans que les choses évoluent positivement , de plus on te fait comprendre que si tu insistes tu ne gravira pas les échelons professionnellement !

    Personnellement quand je commencerais à " battre de l'aile " je ferais le nécessaire en m’ôtant la vie pour ne pas à me retrouver face à la maltraitance de certains soignants !

    Merci pour cet excellent sujet

    Agréable journée à tous les deux ainsi qu'à vos visiteurs

    Amicales pensées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Patrice.
      Merci pour ce commentaire tiré de ton expérience professionnelle. La maltraitance envers les personnes âgées est malheureusement une réalité, que ce soit de la maltraitance physique ou plus sournoisement de la maltraitance psychologique, ou encore par négligence, et cela ne concerne pas seulement les gays. Je comprends très bien ta position concernant la fin de vie. Encore faut-il pouvoir agir à temps.
      Bon week-end et bisous amicaux.

      Supprimer