vendredi 7 avril 2017

Mon père s'est barré parce qu'il était gay


 Voici le témoignage que Gökhan nous a donné dans les commentaires de l'article du mardi 27 septembre 2016. Son père, qui a dû quitter femme et enfants à cause de son homosexualité, lui a beaucoup manqué...


J'ai assez peu connu mon père. Il s'est barré de la maison après la naissance de ma dernière sœur (on est quatre enfants) et on ne l'a jamais revu.

Il était beau et était homo, c'est pour ça qu'il s'est barré. La pression était trop forte entre la sexualité et la famille musulmane française mais d'origine turque. C'est une de mes tantes qui me l'a dit.

J'avais 6 ans quand il est parti. J'aurais pu parler avec lui de notre homosexualité si je l'avais mieux connu. Je ne lui en veux pas parce que je comprends ce qu'il a dû subir. J'ai subi aussi mais je m'en suis mieux sorti car l'époque n'était pas la même et j'ai sans doute plus de caractère. Mais je suis né en France aussi, pas lui, ce qui pesait surement plus sur ses épaules qu'à moi.

Avant je lui en voulais de nous avoir abandonné. J'ai idéalisé ce père à partir du moment où j'ai su, vers mes 18 ans, qu'il était homo. J'ai compris. J'ai même eu des pensées incestueuses pour lui.

Je n'aurais jamais l'occasion de parler avec lui. Il est décédé alors que j'avais 15 ans mais je ne l'ai appris qu'il y a 6 ans en faisant des recherches.

Ma mère le savait mais ne nous l'avait pas dit. Il était banni de notre existence à ses yeux.

J'ai 27 ans et j'ai un copain de 35 ans depuis 2 ans. On ne vit pas ensemble pour des raisons pratiques concernant nos activités professionnelles qui nous obligent à vivre à 160 kilomètres l'un de l'autre. On se voit les weekends. Soit je monte chez lui soit il descend chez moi. En attendant de mieux nous organiser.

Gökhan (qui veut dire "roi du ciel" en turc)


Un grand merci à Gökhan pour ce témoignage.


Si vous souhaitez aussi témoigner sur ce blog d'une aventure que vous avez ou que vous avez eue avec un autre homme de votre famille, ou avec un homme beaucoup plus jeune ou plus âgé que vous, ou des sentiments que vous éprouvez pour un tel homme, vous pouvez envoyer un message à l'aide du formulaire de contact qui se trouve à droite. Merci de préciser que vous acceptez la publication de votre témoignage sur le blog car nous ne révélons rien de ce qui nous est confié en privé sans l'accord de la personne concernée.


 Bon week-end à tous !






19 commentaires:

  1. De bien beaux mâles turcs pour coller au témoignage de Gökhan le roi du ciel.
    On en mangerait volontiers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, Corentin, si tu veux manger des Turcs, choisis-les bien car il y en a des coriaces - comme Erdogan - qui ne sont pas très tendres :o)

      Supprimer
    2. Non pas lui. Celui là, je le laisse à d'autres. Ce type fait plus de mal que de bien à son pays. Ce mec n'a que des idées archaïques.

      Un ami, qui connait bien la Turquie pour y avoir bosser plusieurs années, m'a dit que l'homosexualité y est quand même assez répandu.
      A Istambul, bien sûr, où la population est plus moderne que dans le reste du pays, mais aussi dans de nombreux d'autres endroits. Il n'y ait pas rare que des mecs turcs mènent une double vie en étant mariés et menant une vie d'homo le reste du temps qu'ils ne passent pas avec leurs femmes.

      C'est d'ailleurs le cas dans d'autres pays comme l'Iran. Cela je l'ai vu dans un reportage à la télé où il montrait des gays iraniens qui s'étaient mariés avec des lesbiennes iraniennes pour la façade et qui vivaient dans appartements contigus. Ils pouvaient ainsi passer d'un appartement à l'autre en toute discrétion pour retrouver la personne avec qui ils étaient véritablement en couple.
      Astucieux si on veut s'épargner la lapidation publique ou la décapitation.

      Supprimer
    3. Vianney Colette10 avril 2017 à 16:50

      J'ai vu ce reportage. Qu'est ce qu'il faut pas faire pour se protéger dans ce genre de pays.

      Quoi que en France c'est pareil pour certains.

      Supprimer
    4. L'homosexualité est répandue partout mais, malheureusement, il y a des pays dans lesquels il faut se cacher et trouver des stratagèmes astucieux pour ne pas y perdre sa liberté ou sa vie. Il y a plusieurs années, je rencontrais régulièrement dans un sauna un musulman marié et père de plusieurs enfants. Dans sa culture, sa femme devait rester à la maison et s'occuper des enfants pendant que les hommes se retrouvaient entre eux pour parler des "choses sérieuses" mais lui, il ne retrouvait pas ses coreligionnaires mais venait baiser au sauna. Ce n'était pas dans sa culture que sa femme puisse lui faire des reproches en lui demandant où il avait traîné. Cela dit, si quelqu'un de sa communauté l'avait vu rentrer dans un sauna gay, je pense qu'il n'en aurait pas été fier.

      Supprimer
  2. Bonjour les beaux Garçons des forêts Ardennaises

    Merci à Gökhan pour son récit bouleversant

    J'ai un de mes amis Musulman qui a dû quitter sa famille pour des raisons identiques

    Ce n'est pas facile quand on rentre dans le " moule " et qu'on s’aperçoit au fil du temps que ce n'est pas la vie qu'on aurait souhaitée .

    Respect à tous ceux même si c'est douloureux de tout plaquer femme et enfants pour un avenir meilleur

    Merci pour ces photos de beaux mâles

    Agréable week-end à Tous

    Amicales pensées Patrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Patrice. Il y a des cultures qui ne sont pas très conciliantes avec les homosexuels et on comprend très bien que certains (ou beaucoup) essaient de se couler dans le moule jusqu'à ce qu'ils ne puissent plus. Quand ce moment arrive, ça doit être un déchirement pour eux.
      Bonne semaine à toi !

      Supprimer
  3. Bjour les Garçons,
    Merci de nous faire partage l'émouvant témoignage de Gökhan. Merci aussi pour les belles photos de ces bien beaux mâles turcs. Bon dimanche dans votre Ardenne et gros bisous pas sages
    Philippe des bords du Léman

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Philippe. C'est avec plaisir que nous t'offrons ces beaux mâles turcs avec lesquels il t'est permis de ne pas rester sage ;o)
      Bonne semaine aux bords du magnifique lac.
      Bisous des forêts ardennaises.

      Supprimer
  4. vraiment très interessant!
    bonne dimanche les garçons

    RépondreSupprimer
  5. Vianney Colette10 avril 2017 à 16:46

    J'aime bien les mecs un peu typés. Un turc me dirait bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi pas ? Il n'y en a pas qui passent faire un tour sur tes lieux de dragues ?

      Supprimer
    2. Vianney Colette11 avril 2017 à 14:59

      Non j'en ai jamais vu. Quelques mecs de type arabe de temps en temps mais pas de turc.
      Il y a aussi un asiatique d'une quarantaine d'années qui traine souvent mais il ne me plait pas physiquement. Il est toutefois agréable à la discute.
      J'ai vu aussi un jeune black et un autre métis. Je me serais bien fait le petit métis mais chaque fois qu'il me voit, il fait tout pour m'éviter.
      On peut pas plaire à tous le monde.

      Supprimer
    3. C'est toujours agréable de trouver quelqu'un avec qui discuter quand on ne voit personne à draguer. C'est vrai qu'on ne peut pas plaire à tout le monde et, malheureusement, les attirances ne sont pas toujours réciproques. Des goût et des couleurs, ... Ça doit quand même être frustrant de ne pas pouvoir concrétiser avec le petit métis.

      Supprimer
    4. Vianney Colette13 avril 2017 à 16:31

      Frustrant non, plus maintenant ! ça l'était au début car il est vraiment mignon à croquer ce petit métis. Je suis tellement habitué qu'il m'évite que je ne fais presque plus attention à lui. Je n'essaie pas de le suivre comme je le faisais avant, je lui laisse du champ.
      C'est plutôt moi maintenant qui évite de le croiser.

      Supprimer
    5. Quand un mec n'est manifestement pas intéressé, mieux vaut en effet ne pas s'acharner. Il vaut mieux alors regarder qui il veut se faire pour le lui souffler :o)

      Supprimer
  6. C'est un beau témoignage. La différence de génération fait que Gokan ne vit pas son homosexualité de la même façon que son père. Ayant été élevé en France, il est moins sous l'influence des traditions et mentalités turques que son père né en Turquie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et c'est heureux pour lui d'avoir pu profiter d'un contexte plus facile. Dommage qu'il n'ait jamais pu parler de tout cela avec son père.

      Supprimer