mardi 18 octobre 2016

Témoignage : J'ai initié un jeune qui avait 50 ans de moins que moi


 Suite à notre débat du jeudi 6 octobre, un B nous a envoyé un témoignage via le formulaire de contact qui se trouve dans la colonne de droite.  Nous l'en remercions très chaleureusement. Par soucis de discrétion, nous tairons son nom.

En 2012, j'ai répondu à une annonce « jh 18 ans cherche homme, pour 1ère expérience, pour m'apprendre, n'importe quel âge ».

Je vivais seul, faisais des rencontres par des massages, j'aime les jeunes ! Je réponds, il me téléphone. Je lui dis que je lui apprends tout ce qu'il veut. Il me dit avoir vu des films porno-gay, mais il me pose des questions de façon naïve. je lui dis « tu n'as pas 18 ans », il me répond « non, j'ai 16 ans, ça te dérange ». Je réponds « non, ne crois pas que nous ferons tout, comme dans les films, la 1ère fois, en plusieurs fois, tranquillement ». Il vit à 40 km de chez moi.

1er rendez-vous, je l'attends sur la place centrale de sa petite ville. Il sort du collège ! Il arrive, petit sourire, il est assez grand, sportif, mince et une tête de gamin. Il monte dans la voiture, nous roulons en direction de la campagne. Il est stressé, je pose ma main sur ses genoux, lui dis que nous passerons un moment gentil, pour faire connaissance, relax, se faire plaisir, et qu’il ait un bon souvenir.

Arrêt sur un parking en bord de route, car je vois bien que nous ne baiserons pas cette fois. Je le caresse, masse partout, l'embrasse, et passe ma main entre ses jambes, il bande ! Je prends sa main et la met sur mon sexe, je lui dis fais ce que tu as envie, et je baisse pantalon et slip. Il regarde, yeux grand ouverts, ma bite fais 19/5, belle taille, il caresse. « Si tu as envie, suce. » Il commence, « elle te plait ? » « oui, super ! » Je descends son pantalon, son joli boxer, et je masse ses fesses, passe le doigt dans la raie, titille le petit trou. il fait une pause, c'est sa 1ère fois, alors je m'occupe de sa bite, elle est petite, mais il bande bien, je le suce, et nous continuons. Il ne tient pas longtemps, et jouit un grand coup. J’ai ma serviette, j'essuie. Il regrette d'être parti vite, je lui dis que c'est normal, le stress de la 1ère fois, et avec un inconnu. Je le reconduis au village, lui demande si il veut que l'on se revoit, il répond « oh oui, ne me laisse pas tomber » « mais non, chéri, tu es adorable ! » Bien-sûr, je n'ai pas joui, mais donner du plaisir à un jeune plein d'envie a son charme !


C’est lui qui m'appelle, car il n'a pas de portable, il utilise le fixe de la maison familiale! Il me donne rendez-vous dans une maison inoccupée, près de chez lui. Il a la clé. Fin février, il y a de la neige, il entre dans la maison, me fait signe de venir, je mets mes pas dans les siens, pour ne pas marquer un double passage dans la neige, tactique de sioux ! Maison inoccupée, pas chauffage dans la chambre, 2 lits jumeaux, avec seulement les matelas usagés. Heureusement, dans mon sac, j'ai une grande serviette, je l'étale. Maintenant, déshabillage mutuel. C’est la 1ère fois qu'il se trouve avec un homme nu, je vais doucement, caresse, suce. Enfin sur le lit, je lui montre les différentes positions. Je me mets sur le dos, ma bite dressée, je lui dis « si tu as vraiment envie, assis-toi sur ma bite », j'ai mis du gel et préparé son petit cul, « descends lentement dessus, suivant ce que tu ressens ». Il a de belles fesses bien fendues, elles s’ouvrent, il s'empale assez facilement, son visage donne une expression de bonheur ! Je lui demande « ça va, qu'en dis-tu ? » Il répond « ça fait une drôle d'impression, mais j'aime bien ! » Je bouge lentement et fini par pousser à fond, en lui tenant les hanches. Ça dure un peu, je change de position, et finalement le met sur le dos. Je remonte ses jambes sur mes épaules, et le prends comme une femme, face-à-face. Quand ma bite entre de cette façon, ses yeux s'agrandissent, il reste bouche ouverte de surprise et sourit de plaisir. Nous n'allons pas jusqu'a la jouissance, il fait froid, il commence à fatiguer ! 

Les rendez-vous suivant, il me demande de venir chez lui, une grande maison, papa et maman travaillent dans une ville voisine, ne rentrent pas pour manger à midi, ni ses sœurs ainées, au lycée à 30 kms.  Entre midi et 13h30, il rentre du collège et mange seul. C’est risqué, mais tellement tentant ! Je gare ma voiture plus loin, et viens discrètement. Nous montons à l'étage dans sa chambre, vite l'amour sur le lit ! Il apprend bien et vite, et jouit avec un grand sourire ! En sortant, je remarque un chapelet catholique pendu à la poignée de la porte de sa chambre. Pauvre christ en croix, on est mieux au lit.

Pendant les vacances d'été, il me rejoint sur un parking, et nous allons dans la nature. Cette première fois sera sublime. J’étale ma couverture, maintenant, il n'est plus stressé, il me dévore comme une petite chienne en chaleur. Il a essayé plusieurs fois de me prendre, mais sa bite et trop petite, il a beaucoup plus de plaisir avec la mienne dans la bouche et dans les fesses. Il appelle ma bite "sa Morteau" (du nom des saucisses du Haut-Doubs). Seul dans la nature, on se donne à fond. Moi, avant, je me retenais, je faisais surtout pour son plaisir ; cette fois, nous finissons, moi couché sur le dos, lui bien empalé sur moi, je sens que je vais bientôt jouir. Je le branle avec ma main et un peu de gel, ça glisse bien, et nous jouissons en même temps, lui, sur moi et moi dans son petit cul, sans capote (je suis sain, j'avais fait le contrôle). Un plaisir intense. Quelques minutes pour reprendre notre souffle, il se relève, je lui passe de l'essuie-tout et, avec un grand sourire, il essuie le sperme qui coule entre ses fesses et sur ses cuisses. Quel plaisir. Il dit qu'il a une copine, ils s'embrassent, parfois elle suce, mais il me dit que c'est sensuel avec les filles et sexuel avec les hommes.


Il a remis une annonce pour connaitre d'autres mecs, il a toujours envie de bites ! Annonce 2 : « Je suis là pour exaucer vos fantasmes. »
En septembre, il part dans une grande ville dans un lycée de sport-études. Il fait un sport collectif, noté dans les 1500 meilleurs de France! Aussi bon pour la baise avec son coach  bénévole. Quand il rentre de cette grande ville par le train, il a un changement de train dans une gare à 10 km de chez moi, avec 2 heures d'attente. Que faire pendant 2 heures ? Je vais le chercher pour attendre le train ensemble dans mon lit !  Parfois ses parents vont le chercher en voiture, on ne peut pas tout avoir !

Début d'année suivante, il quitte cette école pour revenir dans sa ville. Problèmes de croissance, trop de sport, donc retour à la vie normale. Plus d'un an est passé, je lui dis « maintenant tu as plus de 17 ans, bientôt nous serons plus tranquille, tu seras majeur ». Il me répond « ne m'en veux pas, mais j'ai menti, je t'ai dit que j'avais 16 ans, mais je venais d'avoir 14 ans et je voulais tellement que tu me baises ! Tu ne m'en veux pas ? » ça fait un peu froid dans le dos, car mineur consentant qui m'invitait chez lui, ça passe, mais moins de 15 ans, si on nous avait surpris ? « Bien-sûr, je ne t'en veux pas, c'est du passé, mais j'aurais pu finir en prison, et tu n’aurais, hélas, pas été avec moi ! » J'ai gardé les copies de ses annonces, au cas où ! Il avait eu 14 ans le 16 janvier et l'annonce datait du 20 janvier !
« Moi, je parais jeune, je dis toujours 10 ans de moins, alors, tu me dis une vérité, je te dis la mienne, je n'ai pas 55 ans, mais 65. Comme toi, je suis d'une année en 8, cinquante ans après toi. Tu es de janvier, moi d’août, donc 49 ans et demi ! »

L'année scolaire suivante, ça va mieux, il reprend sport-école. Il passe une troisième annonce : « j'ai 19 ans, je recherche homme tout âge avec énorme bite, pour le sucer et me sodomiser. Par énorme, j'entends au moins 19 cm, répondre avec photo et un scénario, c'est génial ! »
Cet hiver-là, un ami vient vivre avec moi. J’arrête les baises mais il me  permet de revoir mon minet encore une fois. Il me donne rendez-vous dans la grande ville, vers son lycée, il sera libre de 15 à 18 h. J'avais contact avec un mec actif dans cette ville, nous allons chez lui. Et mon petit chéri réalise un fantasme : sucer une bite pendant qu'une autre lui défonce le cul. Chose faite ! Nous ne nous sommes pas revu, uniquement quelques contact par sms. Il semble bien occupé, il rencontre d'autres hommes et me dit « à chaque fois je pense à toi, c'était tellement bien ta Morteau ! »


C'est le plaisir de faire plaisir et quand une bite et un cul marchent bien ensemble, l'âge n'a pas d'importance bien que je recommande : interdit au moins de 15 ans. J'ai 68 ans cette année, et en janvier, j'ai chanté, comme Dalida « il venait d'avoirrrrr 18 ans » !!!!


Si vous souhaitez aussi témoigner sur ce blog d'une aventure que vous avez ou que vous avez eue avec un autre homme de votre famille, ou avec un homme beaucoup plus jeune ou plus âgé que vous, vous pouvez envoyer un message à l'aide du formulaire de contact qui se trouve à droite. Merci de préciser que vous acceptez la publication de votre témoignage sur le blog car nous ne révélons rien de ce qui nous est confié en privé sans l'accord de la personne concernée.


6 commentaires:

  1. Il n'y a aucun mal à se faire du bien.

    Les jeunes qui mentent sur leur âge, il y en a à la pelle. Je l'ai fait aussi parfois pour pouvoir me faire des mecs quand j'avais moins de 18 ans et que je n'avais pas commencé ma relation avec Philippe puisque, si l'amour était déjà là, il a attendu que je sois majeur pour m'embrasser la première fois.
    C'est ce que je trouve dommage qu'on ne l'ait pas fait avant mais c'est comme çà. Et puis peut être qu'il valait mieux attendre. On est heureux en tous les cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mentir son mon âge, je l'ai fait aussi quand j'étais jeune. Ce n'était pas sur internet qui n'existait pas mais pour aller voir des films interdits aux moins de 16 ans. J'avais la chance d'avoir un copain plus âgé, un blondinet qui faisait beaucoup plus jeune alors que je faisais beaucoup plus âgé, étant de type méditerranéen. C'est lui qui passait le premier à la caisse et à lui qu'on demandait à voir ses papiers. Comme il avait l'âge requis pour voir le film, on le laissait passer et moi aussi dans la foulée sans me demander mes papiers.
      Avec Philippe, il ne faut rien regretter puisque vous êtes ensemble maintenant. Ce ne serait peut-être pas le cas s'il t'avait fait des propositions beaucoup plus tôt.

      Supprimer
    2. On ne va refaire le passé, c'est impossible. Et cela ne sert pas à grand chose. On en a parlé avec Philippe et s'il a quelques regrets aussi, il dit la même chose que toi. Qu'on ne serait peut être plus ensemble aujourd'hui.
      Par contre il ne m'aurait pas fait lui même de propositions, il m'aurait juste laissé faire si j'avais été plus entreprenant. Comme je ne l'ai pas été, je n'avais pas trop osé, il a attendu.

      Il est passé ce soir chez ses parents après le boulot. Ils lui ont demandé où il en était de "sa nouvelle sexualité".
      Sa mère semble avoir bien accepter la chose mais son père est persuadé qu'il passe par une phase temporaire. Il ne semble pas avoir compris que ce n'est pas son divorce qui l'a dirigé vers l'homosexualité, mais l'homosexualité et l'amour pour moi qui l'ont décidé à divorcer.

      Philippe a donc dû remettre les pendules à l'heure une fois pour toute. Il leur a dit qu'il était en couple avec un mec plus jeune que lui et qu'il était très heureux. Il n'avait pas été assez clair auparavant ou alors ces parents n'avaient pas bien compris ou voulu comprendre.
      Il leur a dit qu'il me présenterait à eux prochainement. Ils sont restés bouches bées, mais non pas dit non. On verra à l'usage.

      Supprimer
    3. Ce n'est sans doute pas évident pour les parents de Philippe de comprendre que leur fils qui leur a donné un petit-fils et a vécu pendant toutes ces années avec sa femme puisse être définitivement homo. Je pense qu'il en faudra plus que des points sur les I de la part de Philippe pour convaincre sont père. Même après t'avoir vu avec lui, il continuera sans doute à espérer que s'il a fait le chemin dans un sens il le refera un jour ou l'autre dans l'autre sens.
      De toute façon, peut importe ce que pense le père de Philippe ou ce qu'il espère en son for intérieur, l'essentiel est qu'il te fasse bonne figure lorsque Philippe te présentera à ses parents. Je vous souhaite que tout se passe bien à ce moment-là.

      Supprimer
  2. completement d'accord avec Corentin!

    RépondreSupprimer