vendredi 23 septembre 2016

I stand with Pride Uganda


 En Ouganda, pays extrêmement homophobe, la cinquième Gay Pride prévue début août a dû être annulée en dernières minutes suite à des intimidations et violences policières ainsi qu'à des menaces proférées par le ministre de l'Ethique, le "Révérend" Simon Lokodo.

Après avoir travaillé dur pour obtenir une autorisation auprès de la police, les organisateurs ont réussi à reprogrammer la parade pour ce samedi 24 septembre. Toutefois, cette autorisation vient soudainement d'être annulée. Le ministre Lokodo a publié une déclaration glaçante menaçant d'arrestation les participants à cette manifestation.

Incroyablement courageux, nos amis ougandais refusent de se laisser impressionner. Samedi, ils marcheront pacifiquement dans les rues. Ils marcheront avec fierté. Ils montreront au monde que l’amour gagne toujours. Mais, ils ont besoin de voir que le monde les soutient. Montrez-leur votre soutien en publiant un message sur Facebook et/ou sur Twitter avec le hashtag #IStandWithPrideUganda. Vos publications seront ainsi partagées avec les activistes qui risquent tout pour montrer qu’ils sont fiers d’être ce qu’ils sont.

La communauté LGBT d'Ouganda fête la Gay Pride depuis 2012. Depuis cette première marche, interrompue par la police, les organisateurs affirment ne jamais avoir eu de problèmes. Comme pour tout événement public, les forces de sécurité sont prévenues à l’avance. Mais dans un pays où l’homophobie est la norme, la discrétion reste de mise : les lieux de rencontre sont par exemple gardés secrets jusqu'à la nuit précédente

Les discriminations et harcèlements à l'égard des homosexuels ont toujours existé en Ouganda. Les relations sexuelles entre individus du même sexe sont passibles de prison à vie. Une étude récente montre que 96 % des gens estiment que les LGBT n’ont pas leur place en Ouganda.


L'homophobie en Ouganda a connu un pic en 2014 lorsque le pays a adopté une loi ordonnant à tout Ougandais de dénoncer les homosexuels et ceux qui font la promotion de l’homosexualité. Montrée du doigt par la communauté internationale, cette loi a été invalidée par la Haute Cour ougandaise six mois après sa promulgation, obligeant le gouvernement à faire marche arrière. Mais depuis, le mouvement LGBT est vu comme celui qui a attiré les critiques de la communauté internationale et provoqué la suspension de l’aide financière américaine en faveur du pays. Tout ceci s’est traduit par un regain de violence à l’endroit des homosexuels. Depuis, les fondamentalistes chrétiens, farouches partisans de cette loi, font pression pour que la mesure soit de nouveau promulguée. A Kampala et ailleurs, la tension entre «communautés» est telle qu’il est pratiquement impossible d’organiser la moindre manifestation de fierté gay.










4 commentaires:

  1. il y a des pays fortement homophobes, comme les pays d'Europe de l'Est (pour la religion orthodoxe aussi) et de nombreux pays africains. Ceci est très triste, à mon avis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as parfaitement raison, les fondamentalistes religieux qu'ils soient catholiques, orthodoxes, protestants comme musulmans font des campagnes acharnées contre les homosexuels un peu partout dans le monde et l'Europe n'est pas épargnée, surtout dans les pays de l'Est.

      Supprimer
  2. Très jolies photos. Malheureusement l'Ouganda n'est pas le seul pays où les homosexuels sont persécutés. Je me dis que nous avons de la chance de vivre en Europe. Quoi que parfois.....!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De beaux noirs sont toujours agréables à voir. C'est vrai que nous avons la chance de vivre dans des pays où l'homosexualité est bien acceptée quoi que, comme tu le dis, nous avons aussi nos fanatiques homophobes qui peuvent faire beaucoup de bruit et ne s'avouent jamais vaincus ainsi qu'on a pu le constater avec toutes les manifestations contre le mariage pour tous et ces gens-là comptent encore s'immiscer dans la prochaine campagne présidentielle dans l'espoir d'obtenir l'abrogation de la loi.

      Supprimer