vendredi 16 septembre 2016

Amoureux du prof de math


 Septembre est déjà bien entamé, les cours ont repris dans les écoles, les lycéens ont retrouvé leurs profs, d'anciens et de nouveaux, ceux qu'ils ne peuvent pas voir en peinture et ceux avec qui le courant passe bien. Il arrive même parfois qu'un jeune s'éprenne d'un de ses profs ou qu'un prof soit troublé par l'un de ses élèves.


Voici le récit de Pascal, amoureux de son prof de math sans oser le lui dire.


Mon prof de math était un homme d’une trentaine d’année, cheveux noir, yeux marron, moustachu, élancé, élégant sans être précieux. Il était plutôt sympa et répétait plusieurs fois ses explications quand on ne comprenait pas ou quand on faisait mine de ne pas comprendre. Il savait déconner à l’occasion mais ne se laissait jamais marcher sur les pieds et pouvait se montrer ferme et cassant quand un élève essayait de perturber le cours. C’était un prof que les élèves aimaient bien et j’en étais amoureux.

Mes sentiments pour lui se sont précisés quand j’étais en dernière année. Il nous avait accompagné pour un voyage d’étude à Paris et s’était montré très proche de nous. Il avait même accepté que nous l’appelions par son prénom et que nous le tutoyions. Il s’était montré tellement sympa que j’avais espéré avoir une aventure avec lui. Comme il était toujours célibataire, le bruit courrait dans l’école qu’il était homo mais personne ne pouvait le prouver car il s’était toujours comporté correctement avec tous les élèves et il restait discret sur sa vie privée.

Malheureusement, à part le fait qu’il se montrait très gentil et qu’il me faisait des beaux sourires, il ne s’est rien passé pendant le voyage. L’année scolaire s’est ensuite terminée sans qu’il ne se passe rien de plus. Je devais me contenter de le regarder amoureusement et d’imaginer que lui aussi me regardait plus que les autres, et je me branlais le soir en pensant à lui.

Le dernier jour de l’année, c’était la remise des diplômes. J’étais évidemment heureux d’avoir obtenu le mien mais j’étais aussi très malheureux de penser que c’était la dernière fois où je pouvais voir mon prof de math.

Après la remise des diplômes, c’était un verre offert par l’école puis nous avons décidé d’aller tous au restaurant pour fêter la fin. Quelques profs nous ont accompagnés : la prof de français, le prof d’ébénisterie, celui d’histoire de l’art et bien sûr le prof de math. C’était les dernières heures avec lui et je m’étais arrangé pour être à table près de lui. Je voulais tenter ma chance mais je ne savais pas comment faire et surtout, je n’osais pas. J’espérais donc que ce soit lui qui se lance. J’aurais voulu arrêter le temps.

A l’époque, je n’avais pas de permis mais mon cousin qui était dans la même classe que moi avait le sien. Sa mère lui avait prêté sa voiture et il était convenu que c’est lui qui devait me reconduire le soir.

Après le resto, le prof d’ébénisterie nous a invités à prendre un verre chez lui. Comme le prof de math y allait aussi, j’ai convaincu mon cousin d’y aller également. Il m’a dit qu’il était d’accord mais qu’il n’avait pas l’intention de rester trop longtemps.

Nous sommes donc allés chez le prof d’ébénisterie puis mon cousin a dit qu’il voulait repartir et je lui ai répondu qu’il pouvait y aller mais que j’avais encore envie de rester un peu et que je demanderai à quelqu’un d’autre de me reconduire. A ce moment-là, ce que je n’espérais plus s’est produit. Le prof de math a dit à mon cousin qu’il pouvait s’en aller sans s’inquiéter pour moi et qu’il ferait le détour pour me ramener chez moi.

A la fin de la soirée, quand tout le monde est parti, je suis reparti aussi avec mon prof. En faisant le trajet vers chez moi, j’avais le cœur qui battait fort. J’avais envie de lui dire que je l’aimais mais je n’osais toujours pas. Je savais pourtant que c’était ma dernière chance mais j’espérais sans trop y croire que ce serait lui qui me dirait qu’il m’aimait.

La voiture s’est arrêtée devant ma maison. Je n’avais pas envie de descendre et la conversation s’est prolongée un certain temps. Si bien que le prof a arrêté le moteur. On parlait de banalités, ce que j’allais faire pendant les vacances, ce que j’avais intention de faire après, …

Pour finir, je me suis lancé. Je ne pouvais pas l’inviter à prendre un dernier verre chez moi, alors je lui ai demandé s’il ne voulait pas m’inviter à prendre un dernier verre chez lui pour continuer la conversation. Il m’a répondu qu’il le pouvait si je voulais mais qu’alors il ne referait pas à nouveau le chemin pour me reconduire chez moi. Il y a ajouté qu’il avait assez de place chez lui pour m’héberger. J’ai répondu que j’étais d’accord. La voiture est repartie et nous sommes arrivés chez lui.

J’avais le cœur qui battait la chamade. Il m’a demandé ce que je voulais boire, je lui ai répondu qu’il pouvait me servir ce qu’il voulait mais que je n’avais pas vraiment soif.

Je pense qu’il avait très bien compris ce que je voulais parce qu’il m’a demandé tout de suite après si je ne préférais pas aller dormir tout de suite. J’ai répondu que je commençais à être fatigué et que ce serait bien qu’on aille se coucher. Il m’a montré toutes les chambres en me disant que j’avais le choix, et puis il est arrivé à la sienne et il m’a dit « à moins que tu ne préfères dormir avec moi ». J’ai répondu que je pouvais dormir avec lui que ce n’était pas la peine qu’il salisse des draps pour moi.

Je suis rentré dans sa chambre, je me suis déshabillé mais en gardant mon slip et puis je suis entré dans son lit. Il a fait la même chose, puis a éteint la lumière. Sous les draps et dans le noir, nos corps se sont rapprochés, puis se sont touchés, et enfin nous nous sommes enlacés et nous nous sommes embrassés. Nous bandions dur tous les deux. Nous avons vite enlevé nos slips et, en nous embrassant et en nous enlaçant, les sexes se sont frottés l’un sur l’autre et nous avons joui sans rien faire de plus. Il a allumé et s’est levé pour aller chercher une serviette.

Il m’a essuyé et m’a regardé amoureusement en admirant mon corps et en m’embrassant partout. Je l’ai aussi regardé et caressé. Il avait un beau corps. Nous nous sommes de nouveau enlacés et embrassés, et nous avons de nouveau fait l’amour, mais cette fois-ci en pleine lumière. Nous n’avons pas beaucoup dormi cette nuit-là mais nous avons beaucoup joui.

Ça a été la plus belle nuit de ma vie, celle où j’ai fait l’amour avec un homme pour la première fois, et ce n’était pas n’importe quel homme, c’était mon prof de math !
- « Non, ce n’était pas ton prof de math. » me dit mon mari penché derrière mon épaule au moment où j’écris ces mots, « Je n’étais plus ton prof. Tu venais d’avoir ton diplôme et tu n’étais donc plus mon élève, sinon je n’aurais pu jamais faire ça ! »
Et oui, il y a 30 ans que ça s’est passé et nous n’avons jamais cessé de nous aimer depuis lors. Nous vivons ensemble depuis 26 ans et nous sommes mariés depuis que la loi nous a permis de le faire.


Vous aussi, vous pouvez participer à l'animation du blog en envoyant vos récits, qu'ils soient imaginaires ou basés sur des expériences vécues, l'essentiel étant qu'ils soient en rapport avec les thématiques de ce blog : fantasmes gays incestueux, relations sexuelles entre jeunes mecs et hommes plus âgés, ou tout simplement le plaisir du sexe entre mecs.

N'hésitez donc pas à nous écrire en utilisant le formulaire de contact qui se trouve à droite.


7 commentaires:

  1. la dernière image nous dit son plaisir! avec des larmes juteuses de joie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux être poète à tes heures, ami Xersex. "Les larmes juteuses de joie", c'est une belle expression pour dire que son partenaire a joui sur son visage.

      Supprimer
    2. c'est le jus que m'inspire! mais mon nom favori est ELIXIR D'AMORE!

      Supprimer
  2. Kalinours,
    L'histoire est belle et romantique, les photos aussi. J'ai aimé. Comme Xersex, j'ai flashé sur la dernière photo, à elle seule, elle résume tout l'amour qui unit un homme à son compagnon.
    Belle fin de semaine avec plein de gros bisous
    Philippe sur les bords du Léman

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce commentaire de Philippe RV me rappelle qu'il partage mon amour pour l'ELIXIR D'AMORE

      Supprimer
    2. Heureux que cette histoire et les photos t'ont plu, Philippe.
      Comme je l'écrivais par ailleurs, dommage que vous soyez si éloignés avec Xersex, sans quoi je pense que vous pourriez partager beaucoup ensemble.
      Bonne semaine.

      Supprimer