samedi 14 mai 2016

Comment Ariel en est venu à se branler avec son père quand il avait 16 ans


 A partir de l'âge de 16 ans, Ariel s'est souvent branlé avec son papa. Voici le témoignage qu'il nous en a fait dans les commentaires de l'article du vendredi 27 novembre 2015 :


Pour mon cas, à partir de l'âge de 16 ans, mon père et moi, nous nous branlions souvent côte à côte en matant des films de cul hétéros et bi. Plus tard, après mon coming out, je lui ai montré des films gays. Et on se branlait dessus toujours côte à côte. Mais comme papa n'était pas gay, il aimait moins alors pour nous contenter tous les deux, quand on se branlait ensemble (sans se toucher), c'était surtout sur des films bisexuels.

La première fois que ça s'est passé, j'avais donc 16 ans. Je m'étais réveillé vers 1h00 du matin avec une grosse soif. Je suis descendu et je suis tombé sur mon père en marcel et le froc aux chevilles, et la queue raide devant une cassette porno hétéro. Il s'est senti un peu con sur le moment mais pour ne pas le montrer il m'a sorti une tirade sur le fait que se branler était naturel pour un mec. Comme j'ai acquiescé à ce qu'il disait pour paraître naturel, il m'a proposé de regarder le porno avec lui "car après tout c'était de mon âge" à ce qu'il m'a dit. Moi, j’étais excité de me branler à côté de papa mais je faisais comme si c'était le film qui m'excitait. Après c'est arrivé assez souvent. On ne le fait plus depuis que je n'habite plus chez mon père.

Je précise qu'on ne pouvait pas se faire choper par ma mère car mes parents étaient divorcés. Je vivais chez mon père car je n'avais pas voulu quitter mon lycée et mes copains après le divorce.

Il ne s'est jamais passé autre chose entre nous autre que les branle côte à côte. Je n'aurais pas aimé de toute façon.

J'ai 29 ans maintenant et on n'en parle jamais.


Si vous souhaitez aussi témoigner sur ce blog, vous pouvez envoyer un message à l'aide du formulaire de contact qui se trouve à droite.








8 commentaires:

  1. Après tout pourquoi pas c'est un apprentissage de la sexualité comme un autre , moi ça me choque pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a en effet pas de quoi être choqué, on en a lu d'autres sur ce blog !

      Supprimer
  2. Il est dommage qu'Ariel n'ait pas précisé si lui et son père parlaient de sexualité dans ces moments là où s'ils se contentaient de se masturber en regardant leurs pornos.

    Son père était franchement assez ouvert. Je note cependant que ce père n'était pas gay et que les choses se sont arrêtées d'elles même quand le fils est parti vivre hors de chez son père.
    Je note également qu'ils n'en parlent jamais entre eux comme si cela avait été une chose très naturelle dont il est inutile de reparler maintenant que c'est terminé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que même si on en a entendu d'autres sur ce blog le père d'Ariel était quelqu'un de très ouvert et pas coincé du tout. Il a présenté à son fils la branle comme quelque chose de tout à fait naturel. Si tous les pères prenaient exemple sur lui, il y aurait sans doute beaucoup moins de fils frustrés.

      Supprimer
    2. Ce n'est pas évident pour un père de parler de sexualité avec son fils. J'en sais quelques choses. J'en ai peu parlé avec Cyrille, juste lui expliquer un peu comment cela fonctionnait. Je suis passé pour un âne parce qu'il savait déjà beaucoup de choses. Il avait déjà vu çà en cours à l'école et appris certainement plus encore dans les discussions avec ses copains (voire plus que des discussions si vous voyez ce que je veux dire).
      A l'époque, je ne savais pas encore qu'il était gay et je savais encore moins que j'allais changé de bord avec délectation. Et pour la grande satisfaction de mon fils, mon gendre et surtout de celui avec qui je partage désormais ma vie, mon mari Lionel.
      Mon fils est en effet très fier d'avoir un père gay comme lui. Il m'a avoué que la satisfaction de savoir que j'acceptais son homosexualité sans aucun rejet ne lui suffisait pas. Il souhaitait que je puisse connaitre çà moi aussi. D'où leur plan monté entre Cyrille, Stéphane et bien sûr Lionel (qui avait de l'attirance pour moi) pour que je puisse y goûter au moins une fois.
      Vous connaissez la suite.

      Mais je ne m'étais jamais branlé en présence de mon fils comme le père d'Ariel.

      Supprimer
    3. J'imagine bien que ce n'est pas facile pour un père de parler de sexualité avec son fils et encore moins de se branler avec lui. De toute façon, les fils n'ont pas besoin de leur père pour apprendre à se branler. Ce sont des choses qu'ils apprennent bien tout seul. C'est inné.
      Je suppose d'ailleurs que le père d'Ariel ne se serait jamais branlé avec lui s'il n'avait pas été pris "la main dans le sac".

      Supprimer