mercredi 27 avril 2016

Quand les hétéros s'essaient au sexe entre mecs


 Ce n'est pas un ni deux mais trois témoignages que nous avons aujourd'hui !
Merci à Yvon, Jean-Marie et Keumgay qui nous ont fait ces confidences dans les commentaires de l'article du dimanche 22 novembre 2015.


Témoignage d'Yvon :

Moi qui suis militaire depuis 17 ans, je peux vous dire que je suis pas le seul gay de mon régiment. En fait c'est assez courant sans être la majorité. On voit aussi des gars pas spécialement homos qui n'hésitent pas à s'amuser entre mecs quand ils sont loin de leurs épouses ou copines. Je me rappelle avoir fait un plan cul à 5 alors que j'étais en Opex au Tchad. Sur les 5, on était deux purs homos, un bi et deux hétéros qui se sont laissés sucer et qui nous ont baisés. C'était sympa et sans prise de tête.
 

Témoignage de Jean-Marie en réponse à Yvon :

Yvon

Je ne suis pas militaire comme toi, mais je ne suis pas surpris que des hétéros loin de leurs femmes puissent se laisser aller à une expérience homosexuelle. A l'époque où nous vivons, de plus en plus d'hommes tentent cette expérience, souvent sans lendemain. Parfois avec des suites. Qui te dit que ces deux hétéros avec qui tu t'es amusé, ne sont pas bisexuels ou peut être carrément complètement homos aujourd'hui ? On ne sait jamais !

Je suis bisexuel. Je suis un ex-hétéro. J'ai 45 ans et quand j'avais 32 ans, j'ai fait ce qui a changé ma vie.

Je n'ai jamais été marié mais j'ai eu des relations avec plusieurs femmes et de nombreuses aventures sans lendemain. J'étais un dragueur. Je le suis toujours, mais différemment.

Dans un bar de type luxueux que je fréquentais régulièrement pour faire des rencontres féminines, j'ai fait la connaissance d'un type plus âgé que moi. Il avait approximativement l'âge que j'ai aujourd'hui. C'était un beau mec. Il fréquentait régulièrement ce bar pour les mêmes raisons que moi. Il était souvent accompagné de femmes sublimes de son âge ou plus jeunes. Quand il n'était pas accompagné, il draguait des femmes présentes dans ce bar. Parfois il nous arrivait de discuter ensemble mais on ne peut pas dire que nous étions amis. Il était juste une connaissance de bar.

Un soir où nous discutions, il m'a fait des confidences. Je le croyais hétérosexuel très dragueur (pire que moi), il m'annonça qu'il était ex-hétéro et bisexuel depuis quelques années. Je fus assez surpris de ses confidences car après tout, on ne se connaissait pas tant que çà. Mais en même temps, je lui ai posé des tas de questions car j'étais intrigué. La façon dont il me parlait de sa sexualité, particulièrement de son côté homo était à la fois assez lyrique et intéressante. On le sentait bien dans sa peau. C'était surprenant.

Cette confidence m'a chamboulé, suffisamment pour que j'y repense régulièrement, au point de pousser la porte d'un bar gay quelques semaines plus tard. Il ne s'est rien passé, j'étais surtout venu pour prendre le pouls d'un lieu fréquenté uniquement par des gars d'une sexualité différente de la mienne. J'ai discuté avec plusieurs mecs. Il n'y a pas eu d’ambiguïté, j'expliquais n'avoir jamais eu de relations homosexuelles si je sentais qu'un mec me draguait. Il n'insistait pas. Je suis revenu d'autres fois et un jour, j'ai passé la nuit avec un mec.

Finalement, quand on ne connait pas, on se fait toute une histoire d'une fellation ou d'une sodomie entre mecs, mais en fait, c'est tout aussi plaisant qu'une relation sexuelle avec une femme. C'est même parfois mieux quand vous avez le bon partenaire et que vous pouvez faire des choses que vous ne faites pas avec une femme.

Je me suis accommodé de cette nouvelle sexualité et j'en suis ravi. Je suis bisexuel et j'aime çà. Je passe par des phases. J'ai des périodes où le côté hétéro prédomine et je rencontre surtout des femmes. A d'autres périodes, c'est le côté homo qui prédomine et je rencontre surtout des hommes. Mais que je sois en période dominante hétéro ou que je sois en période dominante homo, je n'abandonne jamais l'autre côté. Je veux dire par là que dans mes périodes à dominante hétéro, je fais aussi quelques rencontres homos. Et vice versa.

Il m'est arrivé de faire des rencontres avec hommes et femmes à la fois mais rarement. Je n'aime pas trop çà. Parfois je fais des plans à plusieurs uniquement avec des hommes, rarement là aussi parce que je ne suis pas trop branché partouze.

Je m'aperçois que je m'entends mieux avec les hommes qu'avec les femmes et pas seulement sur le plan sexuel, sur les autres plans aussi. Mais j'ai besoin des deux sexes.

Je ne suis pas le seul à en être arrivé là. Je connais des tas de mecs comme moi.


Le témoignage de Keumgay :

Jean-Marie a raison, il n'y a pas à faire tant d'histoires d'une sodomie. Quand tu y goûtes, tu y reviens. Bien sûr, il faut que cela se passe bien la première fois. Si tu as affaire avec un mec qui te défonce sans précautions, c'est sûr que cela peut faire mal. Mais dans le cas où tu y trouves un plaisir, c'est sûr que tu y reviens.

C'est la raison pour laquelle il y a tant de mecs qui se convertissent aux hommes. Ils ont bien raison, il faut prendre le plaisir où il est pour donner un sens réel à sa vie.

Quand cela m'est arrivé, j'avais 29 ans, j'étais parti en vacances avec deux copains et nos copines ou femmes respectives. Un soir les nanas avaient fait une soirée fille et nous une soirée mecs de notre côté. On avait trop bu et on s'est laissé aller à des conneries de mecs avec paris stupides et gages encore plus stupides pour celui qui réussissait pas son pari. C'était genre soirée bizutage d'étudiants. Ce qui fait qu'on a fini la soirée dans un bar d'homos où aussi bien mes deux potes que moi on a eu quelques affaires sexuelles avec des mecs rencontrés. Je me suis fait enculer à cette occasion. Quand on est rentré au camping, nous n'étions plus les mêmes. On n'a rien dit de tout cela à nos copines ou femmes. Le lendemain, on se rappelait de tout et cela a généré un certain malaise. En particulier sur mon pote qui était marié. Il a d'ailleurs rompu tout contact avec nous après les vacances. Il assumait pas ce qu'il avait fait, pourtant pas autant de choses que moi. Mon autre pote et moi, on ne s'en est pas vanté mais on en a moins fait un fromage. Il nous arrivait même d'en reparler quand on était tous les deux. Cela nous faisait rire.

Quand ma copine m'a plaqué parce qu'elle me trouvait immature (c'est ce qu'elle m'a dit, elle le disait souvent), j'ai retenté l’expérience. Pendant un temps, je me suis comporté comme un bi passant des femmes aux mecs et des mecs aux femmes. En environ trois ans, je suis devenu seulement homo.

J'adore me faire mettre. Je suis essentiellement passif. Je peux être actif mais c'est moins souvent. C'est la sodomie comme passif qui m'a fait changé définitivement.

Je ne peux être que d'accord avec Jean-Marie.


Si vous souhaitez aussi témoigner sur ce blog, vous pouvez envoyer un message à l'aide du formulaire de contact qui se trouve à droite ou du lien E-mail qui se trouve sur notre profil Blogger.


39 commentaires:

  1. le premier mec est un dieu!
    Lorsque les hétérosexuels essaient des relations sexuelles avec des personnes du même sexe, vous êtes sûr que ils prennent le goût et ils ne peuvent plus vivre sans!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un dieu devant lequel je suis sûr que tu te mettrais à genoux pour le prier de te donner son divin nectar à boire !

      Supprimer
  2. Au fond peu importe homo ou hétéro le principale n'est il pas de prendre le plaisir d'ou il vient , j'ai toujours beaucoup de plaisir à baisé avec un homme se disant hétéro car souvent c'est plus doux et câlin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a beau dire ce qu'il veut, dès qu'un homme accepte de baiser avec un autre homme, ce n'est plus vraiment un hétéro. S'il se croit malgré tout hétéro, il se ment à lui-même.

      Supprimer
  3. C'est mon cas. De pur hétéro je suis passé à bisexuel après une cuite. Je me suis fait tripoter la nouille et j'ai bandé. Alors je l'ai sortie et je me suis fais sucer. Le mec a sorti la sienne et je l'ai sucer. Il m'a craché sa jute dans la bouche et il s'est barré. Je ne l'ai jamais revu, n'ai jamais entendu le son de sa voix et je ne sais pas comment il s'appelle. Je sais juste que j'ai aimé et que j'ai recommencer quelques mois plus tard pour ne plus m'arrêter. Par contre, je ne pratique pas la sodomie ni active ni passive. Mais j'embrasse et je branle en plus de sucer et me faire sucer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce premier mec que tu as sucé aurait au moins pu te dire merci avant de s'en aller !
      Il y a aussi des gays qui ne pratiquent pas la sodomie, ni active ni passive. Ce n'est finalement pas une pratique indispensable, il y en a tant d'autres possibles.

      Supprimer
    2. Je trouve cela dommage de ne pas pratiquer la sodomie. Au moins essayer une fois de chaque côté pour être sûr de ne pas aimer ou bien aimer. Après si cela ne te plait que d'un côté ou ne te plait pas ni actif ni passif et bien tu te contentes du reste. Mais pour cela, il faut essayer !

      Supprimer
    3. Oui mais pour essayer le côté passif, il faut qu'il trouve une biroute agile qui fera cela dans les règles de l'art sinon il risque de ne pas apprécier et de ne plus vouloir y revenir, ce qui serait dommage. Pour la sodomie active, comme il a été hétéro, il devrait pouvoir le faire aisément. Comme pour la fellation, l'essayer sera sans doute l'adopter. A vrai dire, si je connais des homos qui ne pratique pas la sodomie, je n'ai jamais rencontré de bi qui ne la pratiquait pas. FX est le premier. Comme quoi tout existe dans la nature.

      Supprimer
  4. Bonjour Kalinours!

    Très intéressants ces trois témoignages!

    Un peu de nouveauté dans le tiroir de mes sous-vêtements en faisant une petite infidélité à mes boxers avec l'arrivée de deux slips blancs ;-) Cela faisait extrêmement longtemps que je n'en avais plus porté et je dois reconnaître que j'avais oublié à quel point cela en est appréciable et que cela met bien davantage les attributs en valeur!

    Je te souhaite une belle et bonne journée!

    A bientôt ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Sweet Insane Friend ! Un beau slip blanc qui moule bien les attributs peut en effet être très agréable à porter, surtout en été. Félicitations donc pour ces nouvelles acquisitions !

      Supprimer
  5. Comme le dis Yvon, l'armée çà peut être très chaud. J'ai pu voir cela quand j'ai fait mon service militaire à l'époque où il était encore obligatoire (je l'ai fait à 22 ans parce que j'avais demandé un report pour finir mes études).
    Moi j'étais déjà homo et plus puceau depuis longtemps. Mais je peux vous dire que des sexes dressés sous la douche, j'en ai vu beaucoup et pas seulement chez les mecs qui avaient des tendances homos. Et des gars qui se touchaient entre eux était chose courante. Cela n'allaient pas obligatoirement bien loin. Tout se faisait souvent sous le prétexte de la déconne et de chahut entre potes. Parfois c'était très limite "super folles en chaleur" pourtant avec des mecs pas spécialement efféminés. Mais les mecs bandaient et ne s'en cachaient pas. En dehors des douches, quand les mecs étaient habillés, ils reprenaient leur style hétéro genre "je mange pas de ce pain là".
    Ils me semblent évident que certains d'entre eux sont allés beaucoup plus loin que les jeux de douches lorsqu'il n'y avait plus personne pour les regarder, par exemple lors des sorties en dehors de la caserne.
    Je suis sûr que certains d'entre eux sont entrés au service militaire hétéro et en sont ressortis bisexuels ou homos même si cela a sommeillé au fond d'eux même pendant quelques années avant de resurgir définitivement. Pour la plupart d'entre eux par contre cela n'aura été qu'un passage qui n'aura pas remis en cause du tout leur hétérosexualité. Peut être même que ceux là n'ont même pas conscience d'avoir eu des jeux à caractères homosexuels.
    Je pense que dans chaque groupe de mecs (militaires, membres d'une équipe de sport par exemple), il y a toujours des moments où il se passe des choses extrêmement ambigües sur le plan sexuel même quand ils sont tous hétéros.
    Je suppose que vous avez tous déjà vu çà.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Antonin pour ce complément de témoignage!
      Etant trop jeune (je ne suis âgé que de 33 ans) je n'ai pas fait l'armée si ce n'est la simple journée obligatoire.
      Il y a donc chez moi un certain regret de ne connaître ce genre d'expérience!

      Supprimer
    2. Merci pour ce témoignage, Antonin. Il est certain que lorsque des hétéros privés pendant quelques jours de femmes et en manque de sexe se retrouve entre eux dans une promiscuité telle que celle des douches ou des vestiaires, l'instinct sexuel prend vite le dessus. Comme disait crûment un copain hétéro que j'ai connu il y a de nombreuses années, "un trou, c'est un trou".

      Je l'ai toujours pensé, Sweet Boy, on n'aurait jamais dû supprimer le service militaire obligatoire, pas plus que les pensionnats pour garçons dirigés par des religieux pervers :o)

      Supprimer
    3. Moi le service militaire, je m'en passe très bien.

      Ces témoignages sont très bien. Celui d'Antonin ressemble à un autre témoignage datant de plusieurs semaines ou quelques mois. Cela parlait aussi de militaires.

      Supprimer
    4. En effet, on a déjà parlé des militaires sur ce blog.

      Supprimer
    5. Je serais curieux de voir des militaires bien macho et virils en mode "super folle en chaleur" pour voir ce que cela donne...

      Supprimer
    6. Il n'y a pas besoin d'être militaire. Rendez-vous donc dans un sauna, une boite gay ou tout lieux fréquentés par des gays virils. En action, certains deviennent de "vrais folles en chaleur" (moi cette après midi avec les deux surfeurs que j'ai rencontré). En mode passif, je dois ressembler à çà. Pas grave ! j'assume !

      Supprimer
    7. C'est évident qu'il n'est pas nécessaire d'être militaire pour se transformer en "vraies folles en chaleur". En même temps, on a plus de chance d'en rencontrer dans des saunas ou cruisings que dans des casernes.

      Supprimer
  6. Putain, le mec de la première photo, c'est un putain de beau mec.

    Les hétéros qui s'essaient au sexe entre mecs il y en a de plus en plus. Et souvent il ne font pas qu'essayer, ils y reviennent à grand pas. Il faut voir le nombre de mecs mariés que l'on trouve au sauna ou sur les lieux de drague. pour s'en convaincre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce premier mec est en effet très craquant avec ses yeux bleus !!!

      Supprimer
    2. Ben moi, j'ai pas fait qu'essayer ! J'ai totalement adopté ! A l'insu de ma femme, mais personne n'est parfait.

      Supprimer
    3. L'essayer, c'est l'adopter ou qui a bu, boira, ça ne marche pas que dans la pub ; avec les mecs, c'est pareil :o)

      Supprimer
    4. Il faudra que Louis nous raconte çà !

      Supprimer
    5. Tu as raison, Corentin, il faut qu'il nous raconte cela en détail.

      Supprimer
    6. Louis a essayé les hommes à l'insu de sa femme. Pour les hommes mariés c'est souvent à l'insu de nos femmes.
      Moi aussi c'est à l'insu de ma femme. C'est venu par hasard à cause d'une rencontre. Ce n'est pas une chose que je recherchais particulièrement. Cela s'est présenté, c'est tout. Mais j'ai aimé çà. Alors il y a eu plusieurs mecs.
      Et puis j'ai fait LA rencontre. Depuis 8 ans, j'ai un amant. C'est même plus qu'un amant. C'est mon compagnon, celui avec qui je vivrais si je n'étais pas marié. Il l'est aussi. On s'aime.
      J'ai 48 ans, il en a 41. Ce n'est pas toujours facile de se voir comme on le souhaiterait mais on y arrive. Y compris à pouvoir passer la nuit ensemble de temps en temps. Il faut inventer mille astuces pour en arriver là et faire beaucoup de mensonges. Mais çà passe. Alors on en profite.
      L'année dernière, on a réussi à passer une semaine de vacances à la Martinique tous les deux. Pour moi, c'était sous le couvert d'un déplacement professionnel, ce qui était aussi vrai en partie. Pour lui c'était une visite à un ami qui était complice de notre mensonge.
      Une autre fois, nous avons pris des vacances en Dordogne chacun avec nos femmes à quelques kilomètres l'un de l'autre. On trouvait des excuses pour pouvoir se retrouver et passer de bons moments sans que nos femmes ne se doutent de quoi que se soit. Comme elles ne se connaissent pas, c'est assez facile.
      C'est parfois pénible de devoir tout le temps mentir mais on a pas vraiment le choix. J'ai parfois l'impression que nous sommes devenus des professionnels du mensonge.
      C'est la vie !

      Supprimer
    7. Merci, Denis, pour ton message. Ce doit être bien compliqué d'être bi marié et amoureux d'un mec dans de telles conditions. J'imagine que ce n'est pas plus facile que pour les hétéros mariés qui ont une maîtresse régulière et qui tiennent autant aux deux femmes car je suppose que si toi et ton amant vous vivez ainsi dans le mensonge perpétuel, c'est que vous tenez encore à vos femmes et ne souhaitez pas les quitter pour vivre votre relation homosexuelle en toute liberté.

      Supprimer
    8. Bonjours Kalinours
      Je n'ai pas pu venir te répondre plus tôt.

      Je ne crois pas être encore amoureux de ma femme. Je n'en suis pas non plus à la détester, loin de là cette idée. C'est un sujet qui revient souvent dans nos conversation avec Thibault (mon amant). Nous sommes certains de notre amour l'un pour l'autre, c'est une évidence. L'un et l'autre ne pensons plus aimer nos femmes sans pour autant en venir à détester ce qu'elles représentent. Elles sont pourtant des contraintes pour notre relation d'homme à homme.
      Je disais que grâce à nos mensonges, nous arrivons à vivre notre relation. Mais il y des périodes où c'est plus difficile et alors on se voit peu et ou alors en coup de vent. C'est le plus difficile pour nous.
      Je crois que nous restons en couple avec nos femmes parce que c'est une habitude et une sécurité. Et parce qu'on a pas envie de faire du mal autour de nous.
      Peut être qu'un jour nous verrons cela différemment et nous prendrons notre courage à deux mains pour dire la vérité. Mais pour cela il faudra qu'on soit d'accord lui et moi. Si l'un de nous n'est pas prêt cela ne sert à rien et on restera au status quo.

      Bonne journée

      Supprimer
    9. Merci pour cette réponse, Denis. Tant que la situation vous convient ainsi et que vos femmes n'y voient que du feu, c'est l'essentiel.

      Supprimer
    10. Denis et Thibault trouverons ce qui leur convient le mieux puisqu'ils s'aiment.
      Bonne chance et beaucoup de bonheur à tous les deux comme pour Philippe et moi.

      Supprimer
    11. Oui et je pense que leurs petites cachotteries qui mettent du piment dans leur vie leur convient très bien pour le moment.

      Supprimer
    12. La première fois que j'ai eu une relation homosexuelle, j'avais 56 ans. Je me suis fait faire une fellation par un jeune d'une trentaine d'années. Je ne lui ai rien fait. Il y avait longtemps que je ne m'étais pas fait sucer. Ma femme n'a jamais aimais la fellation.
      C'est le jeune type qui m'a proposé de me sucer. Pourquoi pas, puisque je n'avais plus de relation avec ma femme qui ne voulait plus de relation sexuelle depuis qu'elle était ménopausée.
      Après cette première fellation, je suis devenu un habitué de ce genre de prestation. J'ai vite compris que j'en éprouverais de plus grand plaisir si j'en faisais aussi bénéficier mes partenaires. Je me suis donc lancé moi aussi à pratiquer la fellation. Encouragé par mes partenaires, je suis allé ensuite au delà de seulement des fellations.
      Je suis veuf depuis quelques années et je ne devrais peut être pas le dire par respect pour ma défunte épouse, mais cela m'a libéré sexuellement. J'ai 69 ans et je suis encore très vert sexuellement. J'ai totalement adopté la sexualité homosexuelle.
      J'ai de nombreux partenaires qui viennent régulièrement chez moi pour s'amuser.

      Supprimer
    13. Merci pour ce témoignage, Claude. Il n'y a aucun manque de respect pour ta femme à dire que tu as été plus libre sexuellement après son décès. Si je comprends bien, tu lui as été fidèle jusqu'au moment où elle n'a plus assumé ses devoirs conjugaux. Et si tu es allé ailleurs à l'âge de 56 ans, on ne peut pas considérer cela comme de l'infidélité car il y a des besoins physiologiques qu'il faut encore satisfaire à cet âge-là et c'est quand même mieux quand on peux le faire avec une tierce personne plutôt que toujours en solitaire. En plus, tu ne l'as pas trompée avec une autre femme. C'est sûr que, tant que ta femme était là, tu n'aurais pas pu recevoir de nombreux partenaires chez toi - ce qui est quand même plus confortable que traîner sur les parkings. Je comprends donc quand tu dis que tu es libéré sexuellement.

      Supprimer
    14. Tromper c'est tromper, peu importe le ou la partenaire. Cela dit, Claude a raison d'en profiter s'il aime çà. Et maintenant qu'il peut recevoir chez lui, c'est encore mieux. Tous les gays n'ont pas toujours cette possibilité. Et il y en a qui l'ont mais qui ne te proposeront jamais de recevoir. Ils attendent toujours que ce soit toi qui le fasse. Et çà c'est franchement énervant.

      Supprimer
    15. Tromper, c'est tromper, ça c'est sûr. Monsieur de La Palice en aurait dit autant. Cependant, on ne peut pas tromper une femme qui ne veut plus de relation sexuelle puisqu'en allant baiser ailleurs on ne la prive de rien. Par contre, psychologiquement et affectivement, le fait que le partenaire de substitution soit un homme plutôt qu'une femme peut avoir son importance. On ne se trouve pas au même niveau symbolique.
      Il ne suffit pas d'avoir la possibilité d'inviter quelqu'un chez soi pour le faire. Encore faut-il avoir confiance en la personne qu'on veut inviter, ce qui n'est pas nécessairement le cas de quelqu'un qu'on rencontre pour la première fois sur un lieu de drague. Il y a des gens qui sont très méfiants et d'autres qui ne le sont pas du tout. C'est vrai que lorsque quelqu'un est tellement méfiant que ça en devient maladif, qu'il ne t'invite jamais chez lui alors que tu l'as déjà invité chez toi, c'est énervant. Dans ce cas, il vaut mieux laisser tomber.

      Supprimer
  7. Comme Denis un peu plus haut j'avais un amant quand j'étais marié. Comme Denis, il fallait toujours inventé des histoires à nos femmes (mon amant aussi était marié). Pendant les presque trois ans de notre relation, qu'est-ce que nous avons inventé comme mensonges. Quand j'y pense c'est assez dingue. D'autant que ma femme et la sienne ne voyaient rien. Pas même les dépenses d'hôtels où on prenait régulièrement une chambre en particulier en hiver. L'été on pouvait se contenter de se rencontrer en pleine nature. On se faisait prêter un appartement par un ami à lui quand c'était possible. Sinon c'était l'hôtel. Un de ceux qui sont accessibles en prenant la chambre par un automate à l'entrée en payant avec sa carte de crédit sans être obligé de s'adresser à la réception. Ces hôtels sont bien pratiques pour la discrétion.
    Toujours est-il que nous avons rompu après presque trois ans. J'ai divorcé quelques années plus tard.
    Je ne sais pas ce que mon ex amant est devenu. Je n'ai plus eu de relations régulières après lui. Je préfère changer de partenaires même si je remets parfois le couvert avec certains.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce témoignage, Célio. Depuis ton divorce as-tu encore des relations sexuelles avec des femmes ou n'as-tu plus que des relations exclusivement homosexuelles ?

      Supprimer
    2. Salut

      Après mon divorce je suis surtout passé aux relations homos mais avec quelques écarts hétéro. Ces quelques écarts hétéro n'ont pas duré bien longtemps parce que je n'en avais pas vraiment envie. C'était juste pour me dire que j'étais bisexuel. J'ai vite compris qu'il n'en était rien. Alors j'ai abandonné pour seulement l'homosexualité. J'ai même fait mon coming out. Ce n'est pas passé avec tout le monde notamment avec mon père qui est un peu facho. Je ne lui ai pas parlé depuis plusieurs années. Mais à presque 50 ans, je suis blindé. Je n'écoute plus les propos homophobes. Ils glissent sur moi aussi sûrement que ma queue dans un bon trou.

      Supprimer
    3. Merci pour ta réponse, Célio.
      Ce n'est jamais agréable d'être rejeté par son propre père et de devoir couper les ponts avec lui. Mais que peut-on y faire ? Cela vaut mieux que de ne pas être en accord avec soi-même et de continuer à vivre une vie qui ne correspond pas à ce qu'on est réellement.

      Supprimer