vendredi 12 décembre 2014

Gland point suprême de l’être...


Après "Mille et tre" que je vous ai proposé le 2 décembre, voici un autre poème de Verlaine, tiré du même recueil "Hombres" que Jack m'a envoyé. Je l'en remercie.

Ici, le poète rend hommage au gland...


BALANIDE II


Gland point suprême de l’être
De mon maître,
De mon amant adoré
Qu’accueille avec joie et crainte,
Ton étreinte
Mon heureux cul, perforé

Tant et tant par ce gros membre
Qui se cambre,
Se gonfle et, tout glorieux
De ses hauts faits et prouesses,
Dans les fesses
Fonce en élans furieux. —

Nourricier de ma fressure,
Source sûre
Où ma bouche aussi suça,
Gland, ma grande friandise,
Quoi qu’on en dise
Quelque fausse honte, or, çà,

Gland, mes délices, viens, dresse
Ta caresse
De chaud satin violet
Qui dans ma main se harnache
En panache
Soudain d’opale et de lait.

Ce n’est que pour une douce
Sur le pouce
Que je t’invoque aujourd’hui
Mais quoi ton ardeur se fâche...
Ô moi lâche !
Va, tout à toi, tout à lui,

Ton caprice, règle unique.
Je rapplique
Pour la bouche et pour le cu
Les voici tout prêts, en selle,
D’humeur telle
Qui te faut, maître invaincu.

Puis, gland, nectar et dictame
De mon âme,
Rentre en ton prépuce, lent
Comme un dieu dans son nuage,
Mon hommage
T’y suit, fidèle — et galant.

1891.





Je vous souhaite une bonne journée et un bon weekend - A bientôt.

4 commentaires:

  1. si tu publies un poème, mais aussi cettes images, où croys tu ira mon regard?????
    Je pense que le dernier gourmand soit Brent Everett! cette image m'ypnotize!
    bonne journée avec mon dernier post:
    http://menforxersex.blogspot.it/2014/12/special-santa-claus-kirill-dowidoff.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois bien que ton regard est allé sur les photos et plus particulier sur la dernière :)

      Bonne soirée et bon weekend.

      Supprimer
  2. Un magnifique poème sublimé par d'excitantes photos!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande si ce ne sont pas les origines ardennaise de Verlaine qui sont remontée à la surface dans ce poème. Chacun sait en effet que les Ardennes sont peuplées de sangliers, ces gros cochons sauvages - comme l'était Paul Verlaine - qui raffolent des glands :)

      Bonne soirée.

      Supprimer