mercredi 12 novembre 2014

Un courrier sympa et interpellant de Gérard


Voici un message envoyé par Gérard via le formulaire de contact qui se trouve dans la colonne de droite. Je le remercie très sincèrement pour la sympathie de ses propos et les réflexions qu'il nous soumet.
Je vous invite à lire attentivement ces réflexions, questions et réticences que Gérard nous soumet et à réagir à travers un débat serein et respectueux les uns des autres.

vvvvvvvv

Je tiens à vous féliciter pour la qualité de votre blog que je viens de découvrir. J'en ai lu tous les articles, vos fantasmes, vos expériences, les témoignages, et aussi tous les commentaires dont j'ai pu aussi apprécier la teneur particulièrement digne et respectueuse du vécu de chacun.

Vous abordez des sujets délicats, des désirs et des vécus non seulement sexuels mais aussi affectifs dont on ose rarement parler si ce n'est pour les réprouver. Vous le faites sans a priori, sans préjugés mais aussi sans tabou. J'apprécie cette liberté de parole si souvent mise à mal ces derniers temps où chacun se doit d'être "politiquement correct",

Vos articles sont souvent très excitants, ils ne laissent pas mon sexe insensible. Cependant, au-delà du simple plaisir sexuel, ils suscitent en moi de nombreuses questions. Je pense avoir un esprit plutôt ouvert, capable de tout voir et tout entendre sans jamais vouloir juger à la place des autres des actes qu'ils posent.

Ces préliminaires posés, permettez-moi quelques réflexions.

Les fantasmes sont un monde magique dans lequel tout est possible sans aucune limite ni contrainte matérielle. Ce monde imaginaire est inaliénable, personne ne pourra jamais l'empêcher d'exister et aucune loi ne pourra jamais l'interdire. Lorsque les fantasmes sont intenses, il devient un monde parallèle semblable au monde réel mais tellement meilleur que le monde réel. Les fantasmes - aussi extrêmes soient-ils et même s'ils vont bien au-delà de ce qui est communément admis - sont indispensables à l'équilibre psychique de chaque individu. En effet, dès le moment où un désir intense peut être vécu dans le monde parallèle des fantasmes, la nécessité ne s'impose plus de le vivre dans la réalité. A mon sens, les fantasmes sont à ce titre salutaires et bien loin de "friser la dégénérescence de la race humaine", ainsi que l'a affirmé votre détracteur. C'est lui qui frise cette dégénérescence en rejetant ses fantasmes et en voulant vous empêcher d'exprimer les vôtres.

Vous semblez regretter de n'avoir jamais pu réaliser vos fantasmes avec votre papa. Pensez-vous que la réalité aurait été aussi belle, qu'elle aurait été à la hauteur de vos fantasmes ?
Je pense au contraire que si votre papa avait donné suite à vos avances, vous auriez sans doute été déçu car rien ne se serait passé comme vous l'aviez prévu. Que resterait-il alors aujourd'hui de ces fantasmes qui continuent à vous stimuler et qui alimentent vos relations sexuelles d'adultes ?
Par ailleurs, en accompagnant le récit de vos fantasmes des regrets de n'avoir pas pu les réaliser, ne pensez-vous pas accréditer l'idée que les relations sexuelles entre adultes et jeunes adolescents sont sans conséquences ou même q'elles sont souhaitables ? Ne craignez-vous pas de faire ainsi du prosélytisme inconscient pour des pratiques sexuelles prohibées par la loi ?

Pour ce qui concerne les expériences relatées sur votre blog, je n'ai aucun problème avec les relations incestueuses et aucune objection à y opposer. Je n'ai aucune expérience ni même aucun désir en ce sens qui me permette de me faire une opinion personnelle sur le sujet. Je découvre avec intérêt les témoignages qui sont publiés sur le blog et je n'y ai rien trouvé de fondamentalement pervers. Par ailleurs, ces relations ne sont en rien illégales en France pour autant qu'elles se passent entre adultes consentants, la loi étant toutefois plus sévère lorsqu'il s'agit d'entretenir une relation incestueuse avec un mineur, même si celui-ci est consentant ou demandeur de ce genre de relation.
Les seules questions que je me pose, hormis celles qui sont relatives à la procréation mais qui n'ont pas lieu d'être ici, concerne la place du père au sein de la famille, les balises qu'il doit donner à ses enfants, les limites qu'il doit leur imposer et surtout le rôle qu'il doit jouer pour les conduire vers l'âge adulte, celui de l'autonomie, de l’indépendance vis-à-vis des parents. La relation sexuelle père-fils permet-elle aisément cette indépendance du fils, lui permet-elle de pouvoir s'envoler du nid familial ? Bien entendu, dès qu'il s'agit de parler uniquement des relations incestueuses entre adultes consentants, ces questions ne se posent plus puisque l'enfant en question est devenu adulte et a dès lors atteint la maturité nécessaire pour adhérer de son propre chef à ce type de relation.

Enfin, les relations intergénérationnelles non incestueuses ne me pose aucun problème et elles me paraissent un merveilleux substitut aux relations incestueuses père-fils, comme dans votre propre cas.

Par contre, j'ai de grandes réticences en ce qui concerne les relations intergénérationnelles avec des jeunes adolescents, qu'elles soient consenties ou non. J'ai pu lire quelques témoignages à ce sujet dans les commentaires publiés sur votre blog. Vous ne les avez pas censurés et je pense que vous avez bien fait. Il ne sert à rien de se voiler la face, ces relations existent, les cacher ne résoudra en rien le problème. Comprenez bien que je ne souhaite ni juger ni culpabiliser ceux qui ont connu de telles relations. Je les félicite par ailleurs d'avoir eu le courage d'en parler.

Afin que votre blog reste au-dessus de tout soupçon, je me demande si vous n'auriez pas intérêt à clarifier votre position sur cette question. Ecouter, entendre, comprendre, ne pas juger, ne pas condamner, ne signifie pas cautionner. Laisser croire par votre silence que vous cautionnez les relations sexuelles avec les jeunes adolescents, publier ces témoignages sans souligner les questions que peuvent soulever de telles relations pourrait être assimilé à de la complicité, voire à de l'incitation à commettre de tels actes. Je ne pense pas que ce sont là vos intentions.
Il ne faut pas oublier que les adolescents sont des êtres en pleine mutation tant physique que psychologique, à la recherche de leur personnalité à travers une multitude d'expériences parfois extrêmes et que leurs attentes en matière sexuelle ne se situent généralement pas au même niveau que celles des adultes. Ils appartient aux adultes de leur donner des repères et des limites, de respecter leur rythme de maturation, et non de satisfaire inconsidérément à toutes leurs demandes ou pire de s'en servir comme de simples objets sexuels.
Par ailleurs, il me semblerait utile de rappeler les interdictions légales en la matière, à savoir que les relations sexuelles avec un jeune de moins de 15 ans (en France, ailleurs ce peut être différent) sont interdites et que les relations sexuelles sont interdites avec un jeune de moins de 18 ans sur lequel l'adulte a autorité. Ce dernier point concerne les parents, les profs, les éducateurs, etc, qui ne peuvent pas entretenir de relation sexuelle avec les jeunes de moins de 18 ans qui sont sous leur responsabilité, même si ceux-ci le demandent.

Cordialement,

Gérard.
vvvvvvvv

Pour clarifier ma position ainsi que Gérard me le demande, je tiens à préciser que:

  • Ce blog est réservé aux adultes et je n'ai pas du tout l'intention de cautionner ou promouvoir les relations sexuelles avec des mineurs. 
  • Je reconnais que les mineurs sont des être fragiles qui ont besoin de repères et de limites solides que les adultes ont le devoir de leur donner.
  • Abuser de la faiblesse d'un jeune mineur pour lui imposer des relations sexuelles inappropriées à son développement est un crime que je ne peux en aucun cas accepter. 
  • Je ne remets aucunement en cause la législation sur la protection des mineurs qui interdit les relations sexuelles entre un adulte et un jeune de moins de 15 ans en France, de moins de 16 ans en Belgique, au Canada et en Suisse (pour les autres pays, renseignez-vous).  

Passez une bonne journée !

10 commentaires:

  1. enfin les doutes exprimés d'une manière polie et intelligente.

    Quant à moi, je ne l'aime sexe intergénérationnel, incestueux ou pas. Aussi, je n'ai des frères (je suis un seul fils) et je n'ai que des cousins loin, à la fois en distance et en connaissances. Je suis fondamentalement seul. Je l'ai déjà dit, si j'avais des cousins ou des frères (jumeaux ou pas) avec qui avoir des relations sexuelles, je l'aurai fait sans aucun problème. Donc, il n'est pas: et je ne peux pas faire autre que prendre tous les autres hommes, qui ne sont pas mes cousins et mes frères! et ce sont le reste de la population masculine!

    Bonne journée avec mon dernier post:
    http://menforxersex.blogspot.it/2014/11/happy-birthday-seth-kuhlmann.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Xersex.

      En effet, quand on n'a pas de famille proche, il faut s'en créer une et pour toi ta famille, ce sont tous les hommes qui aiment se faire sucer par d'autres hommes :)

      Bonne soirée - bisous.

      Supprimer
  2. cher Gérard, vous nous faites l'honneur d'une controverse élaborée qui nous oblige à faire évoluer la discussion largement au-dessus du niveau de la ceinture... ce qui fait largement débander, pour tout homme normal! Néanmoins, par égard pour notre éminent Blogmaster qui nous fait largement bander en général, nous prendrons votre défi au sérieux et vous retrouvons dans l'arène d'ci la fin e semaine, après avoir élaboré quelques éléments de réflexion - évidemment un peu contradictoires -. J'espère, toutefois, que vous n'êtes pas un agent infiltré des renseignements généraux, ce qui paralyserait un peu le débat (il est vrai que'ils n'ontpas de boulot avec les djihadistes).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé, Charles, tu fais de l'humour.
      Il est vrai que Gérard nous invite à la réflexion. Le débat est grand ouvert, chacun peut apporter ses arguments, tant mieux s'ils sont contradictoires car c'est ce qui enrichit le débat. Cela ne signifie pas qu'il faut transformer la discussion en pugilat. Vous pouvons donc garder l'arène pour d'autres combats, par exemple un bon match de lutte où le but est de déculotter l'adversaire pour lui enfoncer bien profond :)
      Enfin, nous n'avons rien à craindre des RG puisque nous sommes aussi droit dans nos bottes qu'une queue excitée dans un slip :)

      Supprimer
  3. Monsieur Gérard
    Personnellement, je n'ai jamais lu dans les articles et les commentaires de chacun une quelconque incitation à la débauche des mineurs. Je n'ai vu que des commentaires de personnes racontant leurs vécus, par ailleurs très différents les un des autres. Certes, certains, comme moi, on pu témoigné de choses s'étant passé lorsqu'il était très jeune. J'ai témoigné dans un commentaire avoir eu ma première expérience gay à l'âge de 11 ans et demi avec un adulte qui avait la trentaine. La belle affaire!!!!
    Cela vous choque peut être, je peux le comprendre, mais c'est MON VECU. Je ne sais si le mec qui m'a dépucelé était un pédophile ou tout simplement un homosexuel ayant du mal à vivre son homosexualité au point de reporter son attirance sur le premier jeune garçon qui passait par là. A moins qu'il n'ait été les deux à la fois. Toujours est-il que je me suis laissé faire parce que malgré mes 11 ans et demi, je me savais déjà pédé et que j'étais trop content de l'aubaine. Comme je l'ai dit, j'ai toujours été un garçon très éveillé et j'étais parfaitement conscient de ce qui se passait.
    Je le répète, ceci est MON VECU et je ne fais pas la promo des relations avec de très jeunes garçons. Je n'ai d'ailleurs moi même aucunes attirances de ce type.
    Par contre, ne comptait pas sur moi pour avoir un quelconque regret d'avoir été dépucelé à cet âge là, il n'en ait pas questions.
    Si j'avais des regrets à ce sujet, cela reviendrait à remettre en cause mon homosexualité alors que je suis très heureux comme ça.
    J'ai aujourd'hui 33 ans et je me considère comme une personne très équilibré et je n'accepterais d'ailleurs certainement pas de qui que ce soit que l'on vienne remettre en cause cet état de fait. J'estime que je suis libre de vivre ma sexualité et le reste de ma vie (professionnelle, amicale, familiale, etc) comme je l'entends.
    Bonsoir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Jeff.

      Merci pour ta réponse. Crois bien qu'il n'entre pas dans mes intentions de limiter la liberté de parole de quelque manière que ce soit. Heureusement, Gérard ne nous le demande pas, au contraire il dit que j'ai eu raison de ne rien censurer. Si c'était le cas, je ne donnerais de toute façon pas suite à cette demande.

      Il est évident pour moi que le vécu de chacun doit être respecté et que seul celui qui l'a vécu peut juger de sa valeur et dire s'il a été positif ou négatif pour lui. Tu as raison de rappeler que tu ne regrettes rien et de souligner que cela ne t'a pas empêché d'avoir une vie adulte épanouie. Je t'en remercie, c'est un témoignage précieux.

      A vrai dire, je n'ai vu aucune attaque personnel ni aucun jugement négatif dans le message de Gérard. Je n'y ai vu qu'un questionnement sur lequel chacun est libre de se positionner en toute indépendance. Je l'ai publié car il m'est apparu d'une toute autre facture que celui que j'ai précédemment supprimé, d'une plus grande correction et d'un plus grand respect à l'égard de chacun.

      J'espère que ce message ne fera pas obstruction à la confiance que les visiteurs du blog nous font en nous confiant leur "petits secrets" qui montrent sous un autre jour des relations quelque peu hors de l'ordinaire et dont on ose rarement parler.

      Enfin, j'avoue que je crains depuis le début que Google ferme mon blog sans aucun préavis parce qu'il aborde des sujets sensibles. Je suis peut-être naïf mais j'ai reçu le courriel de Gérard comme un message amical de quelqu'un qui souhaitait me donner des conseils pour éviter comme il dit d'être "au dessus de tout soupçon", c'est à dire de ne pas être exposé à une fermeture injuste.

      Bonne soirée - Bisous.

      Supprimer
  4. Je suis d'accord avec toi ZobàDada, le vécu de chacun doit être respecté. Mais je suis d'accord également avec Jeff34, personne dans les articles ou commentaires ne fait l'apologie de la pédophilie. J'ai bien relu tous les articles et leurs commentaires avant d'écrire ce post pour m'en assurer. D'ailleurs, si ce blog faisait ce genre d'apologie je n'y viendrais certainement pas.
    Ce blog parle surtout des relations intergénérationnelles et de relation incestueuse gay. Mais il a largement dépassé ce stade, il suffit de lire les commentaires pour s'en rendre compte. Par ailleurs tous les lecteurs de ce blog ne pratiquent pas l'inceste eux mêmes. Moi le premier et pourtant mon fils est gay depuis plus longtemps que moi en plus.
    Comme le fait remarquer Pierre-Hervé sur un autre article, l'inceste est un grand classique des fantasmes gays. En particulier le fantasme de la relation avec le père. Il faut bien comprendre que l'acceptation de son homosexualité par son propre père est une chose désirée par tous les homosexuels bien avant le partage d'une relation incestueuse. Mais certains fantasment sur le fait que cette acceptation passe par un passage à l'acte. Moi même, j'ai craint la réaction de mon père lorsque je lui ai annoncé que je refaisais ma vie avec Lionel. Il faut dire que jusque là il ne m'avait connu qu'en tant qu'hétéro père de famille et deux fois marié puis divorcé. Il connaissait l'homosexualité de mon fils mais ce n'est pas pareil. Il l'avait toujours connu gay. Moi je changeais carrément d'orientation. Il l'a accepté mais ce fût quand même un choc pour lui, plus que d'apprendre l'homosexualité de son petit-fils.
    Certains ont témoigné de relations sexuelles incestueuses ou non à un jeune âge. Je ne reviens pas sur le témoignage de Jeff34, mais je pense par exemple à Anonyme témoignant de son histoire d'amour avec son père qui dure depuis 15 ans et débuté alors qu'il avait 16 ans. Je pense aussi à Franck et son neveu Romain qui s'aiment depuis 4 ans alors que Romain n'avait que 15 ans (si j'ai bien calculé). Sylvian, lui, a dépucelé son jeune frère qui 6 ans de moins que lui à l'âge de 19 ans (soit 13 pour son frère) et bien qu'il dise qu'il n'est pas amoureux de son frère et que ce n'est que du cul, je pense qu'il y a au moins l'amour fraternel.
    Corentin est amoureux d'un homme de 23 ans plus âgé que lui depuis qu'il a l'âge de 11 ans, bien que leur relation n'a véritablement commencé que lorsque Corentin a eu 18 ans. Benje a raconté l'abus sur sa personne faite par son grand-père. Je dis abus, car il n'y avait pas de consentement mutuel et qu'il n'a pas apprécié.
    Toutes ses histoires incestueuses (sauf celle de Corentin) sont pour la plupart des histoires d'amours (à part Benje) qui continuent à l'âge adulte. Je n'y vois donc aucune incitation à la débauche des mineurs comme le dit Jeff34. Ce sont leurs vécus et ils doivent être respectés. Aucun d'eux ne doit rougir de son vécu et je pense que ce blog est aussi là pour ça, pouvoir échanger dans la convivialité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand merci à toi, François, pour cette argumentation en faveur du blog. Je suis bien sûr d'accord avec toi et avec Jeff. Tout comme vous, je n'ai jamais eu l'impression de faire l'apologie de la pédophilie ni que les témoignages allaient dans ce sens.

      Les témoignages que tu cites sont certainement ceux qui ont fait réagir Gérard, de même que le récit de mes fantasmes pour lesquels je dis toujours que ce ne sont malheureusement que des fantasmes. Il est vrai que je devrais sans doute préciser que le malheureusement traduit mon état d'esprit lorsque j'étais ado et qu'aujourd'hui, avec le recul, je pense qu'il est sans doute heureux que mon père ne m'ait pas suivi. Qui peut dire en réalité si ça aurait été heureux ou pas ?

      Pour ce qui concerne les témoignages, j'y tiens et je me refuse à les censurer quelles que soient les critiques. Ce sont des témoignages de vie et ceux qui les ont fait n'ont guère d'autre endroit pour pouvoir s'exprimer en toute liberté.

      Cela dit, il est évident que tout le monde n'a pas la même lecture, que certains ont l'art de lire entre les lignes, pour ne pas dire en dehors des lignes, c'est à dire voir dans ce blog ce qui ne s'y trouve pas. Je suis bien conscient depuis le début que le blog n'est pas à l'abri d'une sanction de Google qui en a fermé d'autres pour des sujets bien moins sensibles que ceux qui sont abordés ici. Melvin (L'Homme est un embellissement pour l'Homme) qui vient souvent nous rendre visite peut en témoigner.

      Cela dit, je continue à croire aussi en la bonne foi de Gérard et à ses bonnes intentions à notre égard. Je ne pense pas qu'il veuille nous nuire ni jeter la pierre à qui que ce soit. En tout cas, je ne me suis nullement senti attaqué en recevant son courriel.

      Enfin, je te remercie de souligner la convivialité des échanges qui se font ici. Mon vœux est que ça puisse continuer ainsi longtemps et j'en remercie tous les participants qui contribuent si bien et si sereinement à ces échanges.

      Bonne journée.

      Supprimer
  5. Je suis désolé si j'ai blessé quelqu'un par mes propos. Ce n'était pas mon intention. Je prie ceux qui ont cru déceler de l'hostilité de ma part de m'en excuser.
    Il n'y a aucune accusation personnelle dans ce que j'ai écrit. Loin de juger ou condamner, j'ai tenu à féliciter ceux qui ont eu le courage de témoigner. Je n'ai à aucun moment réclamé de censure. Au contraire, je me suis réjoui qu'il n'y en ait pas.
    Pour autant, n'ai-je pas le droit de vous faire part de mes questionnements ? Si je peux entendre les témoignages rapportés ici, dois-je oublier ceux que j'entends ailleurs ? M'est-il interdit de penser et de dire que l'intérêt des enfants doit primer sur les désirs des adultes ? Je ne le crois pas.
    Cordialement,
    Gérard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien compris qu'il n'y avait aucune intention de blesser dans tes propos ni aucune hostilité envers le blog.
      Il n'est bien sûr pas interdit de faire part de ses questionnements, ni de mettre en parallèle les témoignages publier ici avec ceux qu'on entend souvent ailleurs et que tout le monde connaît. L'intérêt des témoignages qui se trouvent ici, c'est justement qu'on ne les entend jamais ailleurs. Ils représentent aussi une réalité qu'il faut prendre en compte avant de se faire une idée pour répondre à tes questions. Ces questions, on se les pose aussi mais sans avoir nécessairement de réponse toute faite. Tu parles de l'intérêt des enfants et nous y pensons tous aussi. C'est la raison pour laquelle il faut prendre en compte la réponse de quelqu'un qui dit avoir eu des relations quand il était très jeune, qu'il était demandeur, qu'il ne regrette rien et qu'il a aujourd'hui une vie d'adulte tout à fait épanouie. Ton souci de l'intérêt des enfants est tout à ton honneur et c'est dommage qu'on entende pas plus souvent cet arguments quand il s'agit de dénoncer le travail de très jeunes enfants dans des conditions inhumaines et pour des salaires de misères. Je suis certain que les enfants victimes d'abus économiques sont plus nombreux que les victimes d'abus sexuels.
      Bien à toi.
      Damien.

      Supprimer