lundi 6 octobre 2014

La partie de carte


 Au collège, j’étais très amoureux d’un garçon de ma classe qui avait deux ans de plus que moi. Il s’appelait Vincent et j’étais fasciné par son aspect viril avec un duvet de poils sur le visage, son gros sexe et son pubis couvert d’une toison touffue que je matais dans le vestiaire quand on allait à la piscine. Les autres le regardaient avec méfiance et mépris car il venait d’une autre école et avait déjà redoublé deux fois. J’étais son seul ami et nous étions inséparables tout le temps que nous passions à l’école.  Quand on devait se séparer le soir, il ne fallait pas longtemps pour qu’il me manque et je me branlais le soir en fantasmant sur lui… et sur mon papa. Voici un de ces fantasmes...

J’ai réussi à convaincre mes parents pour qu’il vienne passer le weekend à la maison avec moi et pour qu’on mette un matelas pour lui dans ma chambre.

Quand nous arrivons à la maison dans l’après-midi du vendredi, il n’y a personne à la maison. Je sais que ma mère ne rentrera pas avant 7 heures du soir et que mon père ne rentrera pas tôt non plus. Je fais visiter la maison à Vincent, je lui montre la chambre où il peut mettre son sac.

Pour passer le temps, il me propose de jouer aux cartes. Le jeu est simple, on distribue 7 cartes à chacun puis on retourne la dernière carte pour déterminer l’atout. Il faut suivre tant qu’on peut et quand on n’a plus de quoi suivre, on doit couper. Celui qui perd une partie doit enlever un vêtement. Au début, c’est lui qui gagne toutes les parties et je me retrouve avec seulement le boxer et les chaussettes puis la chance tourne et c’est à son tour de se déshabiller et de se retrouver torse nu. Il gagne de nouveau et je dois enlever les chaussettes et je sens que je vais bientôt me retrouver à poils alors qu’il est encore à moitié habillé. Je lui dis qu’il a gagné et qu’on devrait arrêter puisque je n’ai plus rien à enlever. Il me répond qu’il ne veut pas arrêter parce qu’il me reste le boxer à enlever. Je gagne la partie suivante et il enlève ses chaussures. A la suivante, il enlève ses chaussettes. Je gagne encore la suivante et je jubile de le voir enlever son pantalon. Je suis en train de distribuer les cartes pour la partie décisive quand papa rentre dans la chambre. Il nous dit qu’il nous a entendus rire depuis le garage et nous demande à quoi nous jouons pour nous amuser autant. Je lui réponds que nous jouons aux cartes et il nous demande s’il peut jouer avec nous. Vincent n’ose pas lui dire non mais je vois qu’il est embarrassé. Papa l’a remarqué et il en rajoute encore en disant :
-          On dirait que vous avez bien chaud pour être ainsi à moitié à poils.
Vincent est encore plus embarrassé et son visage devient tout rouge. Papa se met à rigoler en disant :
-          Ah, mais que je suis bête ; vous faites un strip-poker n’est-ce pas ? Je peux quand même jouer avec vous ça me rappellera ma jeunesse.

Je lui réponds que ce n’est pas possible car il est encore tout habillé alors que nous n’avons plus que notre boxer sur nous.  Papa nous dit alors que si ce n’est que cela le problème il peut se mettre en slip comme ça tout le monde sera à égalité. Vincent me regarde d’un air très étonné. Je vois bien qu’il n’en croit pas ses oreilles ni ses yeux quand papa commence à se déshabiller. Mais ça ne semble pas lui déplaire car je vois son sexe se dresser dans son boxer.

Papa s’assied en slip sur le matelas et nous demande à qui c’est le tour de distribuer les cartes. Je réponds que c’est à mon tour. Je n’ai pas de chance. Je ne fais qu’un seul pli, papa en fait deux et Vincent en fait quatre. Je suis donc obligé d’enlever mon boxer et je me retrouve tout nu et tout gêné devant papa et Vincent. C’est au tour de papa de distribuer. Quand il me donne des cartes, je lui dis que je ne joue plus puisque je n’ai plus rien à enlever mais papa répond que si je perds encore, celui qui fera le plus de plis me donnera un gage. Pas de chance, je perds encore. Vincent fait 3 plis et papa en fait 4. J’attends qu’il me donne un gage. Il réfléchit un peu puis me dit de me coucher sur le dos et de rabattre les jambes le plus possible pour arriver à toucher ma bite avec ma langue. Ce n’est pas trop difficile car je le fais très souvent le soir pour me sucer et boire mon propre jus. Vincent distribue les cartes. Je gagne la partie et c’est papa qui perd. A son trouve de se retrouver à poils devant nous. Quand il baisse son slip, on voit sa bite qui se soulève en demi-érection. Vincent est très excité et commence à mouiller son boxer. Je bande aussi et ma bite est bien raide. Papa perd de nouveau et Vincent lui ordonne de me sucer la bite. C’est ensuite au tour de Vincent de perdre et de se retrouver enfin à poils. Au tour suivant, Vincent et moi faisons chacun deux plis tandis que papa en fait 3. Il nous demande alors d’aller le sucer tous les deux. Pendant qu’on le suce, il empoigne nos bites, une dans chaque main et nous branle. Après un petit moment, papa nous demande d’arrêter et il nous dit que s’il gagne la partie suivante il enculera le perdant. Il n’a pas cette chance car Vincent remporte les 7 plis et c’est lui qui peut décider de la suite des événements. Il dit à papa :
-          Ah, vous vouliez m’enculer et bien c’est raté pour cette fois, c’est moi qui vais vous enculer.
 Je lui demande quel est mon gage et il me répond que je dois sucer mon père et boire tout son jus jusqu’à la dernière goutte, et que mon père doit faire la même chose avec moi.

Nous sommes tous les trois très excités et nous jouissons rapidement l’un dans l’autre. Juste à temps pour nous rhabiller avant que maman rentre à la maison.



Que pensez-vous de ce fantasme ? Est-ce que vous aimez ou est-ce que ça vous dégoutte ? Voulez-vous que je continue à vous en raconter ?

17 commentaires:

  1. Bonjour beau mâle

    Tu sais avec grâce enrubanner mes journées avec tes récits sensuelles et torrides.

    Je regardais récemment mes photos scolaires

    Sur une classe de 33 élèves , je me suis tripoté avec un peu plus de la moitié des garçons à noter que j'avais 10 ans .

    Avec quelques-uns ce fut de délicieuses découvertes un peu plus approfondies

    J'ai envie de coucher ça sur papier en publiant un livre afin de démontrer qu'il n'y a pas besoin d'attendre 18 ans pour avoir des désirs et des relations sexuelles .

    Belle journée Damien - Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Homme embelli.

      Merci pour tes petits mots gentils.

      C'est évident qu'il ne faut pas attendre d'avoir 18 ans pour avoir envie de sexe. Je me suis aussi tripoté avec des petits camarades quand j'étais enfant et aussi avec mes petits cousins, mais c'est plus tard (vers 12 13 ans) que j'ai commencé à imaginer mes fantasmes. Si j'en ai eu avant, je ne m'en souviens plus, sauf que j'avais déjà tout petit envie de voir celui de mon père. Je me demande souvent si j'aurais autant fantasmé sur lui si j'avais pu le voir et le tripoter à ce moment-là.

      Bonne journée - Bisous.

      Supprimer
  2. tes fantasmes nous charment, et tu le sais très bien!
    Ton Vincent n'avait-il rien de gay, dans la realité?

    mon dernier post:
    http://menforxersex.blogspot.it/2014/10/naked-kirill-dowidoff-nu.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si Vincent était gay ou pas. En réalité, je crois qu'il était un peu timide ou complexé. Quand on était dans les vestiaires de la piscine, il se mettait dans un coin et se cachait derrière moi pour se déshabiller. Sans doute parce qu'il était beaucoup plus avancé que le reste de la classe qui n'avait pas encore de poils ou presque pas, et de tout petits zizis comparés au sien.
      Bisous.

      Supprimer
  3. Tes fantasmes sont très chauds et m'excitent beaucoup. Je ne te dis pas dans quel état est ma queue quand je te lis. Continue à nous les raconter, stp. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, mon Kalinours. Je suis très heureux de savoir que mes histoires te font bander.

      Supprimer
  4. La prochaine fois que tu viendras, on jouera aux cartes tous les 3.

    RépondreSupprimer
  5. Un fantasme EXCITANT!
    Tu le serais sans doute tout autant à voir mon sexe en érection dans mon boxer (Athéna noir)!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te vois bien dans le rôle de Vincent. En plus, la différence d'âge correspond plus ou moins :)

      Supprimer
    2. Il aurait été excitant de vivre cette expérience ensemble!
      Et dans le boxer il y a en effet une certaine pilosité qui pourrait te satisfaire...

      Supprimer
    3. Uniquement dans le boxer ? De quelle couleur la pilosité ?

      Supprimer
    4. Brun foncé, limite noir!
      Sur le torse j'ai tendance à épiler!
      Mais les jambes par exemple gardent toute leur pilosité!

      Supprimer
    5. Le torse épilé ? En décembre, il faut penser à laisser pousser le pelage d'hiver :)

      Supprimer
    6. Je prends note de ton goût hivernal!

      Supprimer
  6. je kiffe ton fantasme, Sam

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sam. Et toi, quels sont tes fantasmes ?

      Supprimer